Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Cégep de l’Abitibi-TémiscamingueLe Centre technologique des résidus industriels reconnu comme Centre collégial de transfert de technologie

M. Jean Charest au Cégep de l'Abitibi-TémiscamingueQuébec, le 24 août 2004 - Le premier ministre du Québec, monsieur Jean Charest, annonce que le Centre technologique des résidus industriels (CTRI) du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue a reçu le statut officiel de Centre collégial de transfert de technologie (CCTT). Il a fait cette annonce aujourd’hui en compagnie du ministre responsable de l’Abitibi-Témiscamingue, monsieur Pierre Corbeil, et du député de Rouyn-Noranda–Témiscamingue, monsieur Daniel Bernard. « Avec cette annonce, le gouvernement du Québec reconnaît l’expertise du cégep de l’Abitibi-Témiscamingue dans le domaine des résidus industriels. Le centre technologique des résidus industriels est une autre preuve que le développement des régions est facilité quand les intervenants des milieux économique et scolaire travaillent ensemble », a déclaré monsieur Charest.

Pour sa part, le ministre Corbeil a expliqué que les entreprises de la région et même de tout le Québec qui confieront des contrats de recherche au CCTT de l’Abitibi-Témiscamingue pourront désormais, grâce à la reconnaissance du centre, bénéficier d’un crédit d’impôt de 50% de la valeur de ce contrat. « Les entreprises qui feront appel au CCTT auront accès à la fine pointe des technologies afin de favoriser leur plein développement et contribuer à la croissance économique du Québec.»

Depuis sa création en 2000, le CTRI travaille en étroite collaboration avec l’Université du Québec en Abitibi-Témiscaminque, en plus d’avoir des ententes de partenariat avec plusieurs autres centres, dont les CCTT de Saint-Hyacinthe et d’Alma. Selon Daniel Bernard, « le caractère interdisciplinaire du CTRI en fait un atout de premier plan pour la région. Un de ses grands objectifs étant de créer des techniques qui permettent de recycler les résidus d’un secteur d’activité susceptibles d’être réutilisés dans un autre, il est amené à couvrir les trois plus grands secteurs industriels de la région, soit la foresterie, l’agriculture et les mines ».

En devenant le trentième CCTT du Québec, le Centre technologique des résidus industriels du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue sera admissible, pour les trois prochaines années, à un soutien annuel de 150 000 $ du ministère de l’Éducation, qui s’élèvera ensuite à 200 000 $. Selon le programme actuel, le ministère du Développement économique et régional et de la Recherche ajoutera alors une subvention de 100 000 $. Le CTRI devient par conséquent un centre de recherche public agréé pour les crédits d’impôts majorés de recherche et développement et d’adaptation technologique remboursables aux entreprises qui utilisent ses services.

Rappelons que le réseau des CCTT se développe depuis une vingtaine d’années dans les collèges et permet aujourd’hui de couvrir les domaines industriels et technologiques dans douze régions du Québec. Leur rôle principal est de contribuer, par des activités de recherche appliquée, d’aide technique à l’entreprise et d’information, à la réalisation de projets d’innovation technologique et à l’implantation de nouvelles technologies.

-30-

Mise à jour :


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017