Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Québec lance une nouvelle offensive pour attirer plus de jeunes vers la formation professionnelle et technique

Montréal, le vendredi 10 octobre 2003 De passage à l’École des métiers de la construction de Montréal, le premier ministre du Québec, M. Jean Charest, a lancé une nouvelle offensive gouvernementale afin d’attirer plus de jeunes vers la formation professionnelle et technique au Québec. Le ministre de l’Emploi, de la Solidarité sociale et de la Famille, M. Claude Béchard, l’adjointe parlementaire du ministre de l’Éducation, Mme Francine Gaudet, de même que la présidente de la Commission des partenaires du marché du travail, Mme Léa Cousineau, participaient également à cette annonce.

« Il faut tout mettre en œuvre afin qu’il y ait davantage de nouveaux diplômés en formation professionnelle et technique, car si nous ne relevons pas ce défi, le Québec aura à faire face à d’importantes pénuries de main-d’œuvre spécialisée. Il faut donc que les jeunes du Québec soient bien au fait des possibilités offertes par les métiers ou par les professions demandant une formation de niveau technique car il y a là des carrières passionnantes et ce, dans toutes les régions du Québec », a déclaré le premier ministre.

Selon les prévisions d’Emploi-Québec, sur les 640 000 emplois disponibles entre 2002 et 2006, un fort pourcentage exigera une formation professionnelle ou technique. Dans ce contexte, le ministère de l’Emploi, de la Solidarité sociale et de la Famille, le ministère de l’Éducation et la Commission des partenaires du marché du travail ont uni leurs efforts en vue de réaliser deux initiatives importantes visant la diffusion, la promotion et la valorisation des métiers et des professions en ciblant principalement les programmes de formation présentant des difficultés de recrutement. Voici ces deux initiatives :

  • la diffusion, à la fin octobre, d’une importante campagne publicitaire nationale et régionale de valorisation qui ciblera les métiers et les professions pour lesquels les perspectives sont favorables ou très favorables;
  • la tenue d’une campagne promotionnelle dans les écoles visant plus spécialement les élèves de 3e, 4e et 5e secondaire, et ayant comme objectif de les aider à faire un choix de carrière éclairé. L’accent sera mis sur l’IMT (information sur le marché du travail) en ligne, un outil développé par Emploi-Québec et qui permet, par l’Internet, d’obtenir de l’information sur plus de 500 métiers et professions et de faire le lien avec les programmes de formation correspondants.

Afin de bien appuyer ces initiatives, la mobilisation, des partenaires du marché du travail et de ceux des réseaux de l’éducation et de l’emploi en région sera essentielle.

« Il est bien clair que la présence d’une main-d’œuvre qualifiée constitue un facteur clé dans toute prise de décision concernant un projet d’investissement. En amenant plus d’étudiants vers des programmes de formation en forte demande, dans leur région, nous visons trois objectifs : combattre l’exode des jeunes, créer des conditions favorisant la concrétisation, en région, de projets d’investissement et la diversification des économies régionales et enfin combler les emplois disponibles », a ajouté M. Charest.

Le ministre de l’Emploi, de la Solidarité sociale et de la Famille, M. Claude Béchard, a pour sa part souligné que l’arrimage entre l’offre et la demande de main-d’œuvre prendra une importance toute particulière au cours des prochaines années. « Nous avons la responsabilité, comme société, de former des jeunes dans des disciplines qui offriront des possibilités d’emploi prometteuses, surtout dans un contexte où moins de jeunes finissants arriveront sur le marché du travail en raison de la tendance démographique », a souligné le ministre.

Pour sa part, la présidente de la Commission des partenaires du marché du travail, Mme Léa Cousineau, se réjouit d’un tel niveau de mobilisation autour de la formation professionnelle et technique. « La Commission des partenaires du marché du travail a plaidé à plusieurs occasions, au cours des dernières années, en faveur d’interventions concertées en vue d’accroître l’attrait de la formation professionnelle et technique auprès des jeunes, compte tenu des besoins du marché du travail. Nous sommes donc ravis d’un tel effort de mobilisation et nous comptons nous y engager pleinement. »

Rappelons que le Québec dispose d’un système de formation professionnelle et technique comptant quelque 300 points de service dans les diverses régions du Québec. En 2001, les réseaux du secondaire et du collégial ont émis un total de 47 000 diplômes professionnels ou techniques.

- 30 -



Mise en ligne : 10 octobre 2003


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017