Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Pour faire les bons choix — Plus de ressources de première ligne pour offrir aux gens des services près de chez eux

Montréal, le vendredi 21 février 2003 - Le premier ministre du Québec, M. Bernard Landry, le ministre d’État à la Santé et aux Services sociaux, M. François Legault, et le ministre délégué à la Santé, aux Services sociaux, à la Protection de la jeunesse et à la Prévention, M. Roger Bertrand, ont annoncé l’injection de 556 millions de dollars pour augmenter les services de première ligne sur tout le territoire du Québec.

« Le gouvernement du Québec confirme par cet investissement sa volonté d’assurer à toute la population des services sociaux et de santé de première ligne, de qualité et accessibles sur tout le territoire québécois », a déclaré le premier ministre.

Les services sociaux et de santé de première ligne sont ceux auxquels la population a le plus souvent recours. « Ce sont les services offerts au CLSC de votre quartier, à votre clinique médicale, au sein de votre groupe de médecine de famille ou au centre d’hébergement; ce sont aussi les soins et services à domicile. Grâce à des services plus près du domicile, 80 % des problèmes sociaux ou de santé pourront être résolus sans que les personnes n’aient à se rendre à l’urgence », a précisé le ministre Legault.

Les groupes de médecine de famille et les CLSC

Les nouveaux groupes de médecine de famille (GMF) et les CLSC constituent deux clés du succès des services de première ligne .

« D’ici cet été, ce sont plus de 1 000 médecins qui devraient s’être constitués en une centaine de GMF, ce qui va permettre à près de deux millions de Québécoises et de Québécois d’avoir accès à des conseils professionnels de santé 24 heures par jour, 7jours par semaine », a déclaré M. Legault.

Les bulletins de santé des CLSC qui ont été publiés démontrent que la population souhaite avoir accès plus facilement aux CLSC. Actuellement, les heures d’ouverture des 147 CLSC du Québec varient considérablement d’un endroit à l’autre. « Désormais, les CLSC seront ouverts 7 jours sur 7, pour un minimum de 70 heures par semaine », a annoncé M. Legault.

Politique de soutien à domicile « Chez soi : le premier choix »

Le ministre d’État à la Santé et aux Services sociaux a profité de l’occasion pour rendre publique la première politique québécoise en matière de soutien à domicile. « Avec le vieillissement de la population, le besoin de services à domicile croît très rapidement. Il faut non seulement augmenter les services déjà offerts, mais aussi les étendre à un plus grand nombre de personnes. Une première tranche de 120 millions de dollars sera investie pour la mise sur pied de la politique de soutien à domicile », a ajouté le ministre Legault.

La politique de soutien à domicile vient garantir aux personnes qui en ont besoin et à leurs proches un accès égal et équitable aux services. Elle facilitera l’accès aux soins et permettra d’accroître les services offerts aux personnes âgées, aux personnes handicapées, mais aussi aux personnes souffrant de troubles mentaux, aux personnes souffrant de maladies chroniques et aux familles qui ont un enfant affecté par une incapacité. Elle permettra également aux personnes qui reçoivent des soins palliatifs ou qui viennent d’être hospitalisées de recevoir à domicile les soins requis et, dans plusieurs cas, de profiter — pour elles-mêmes et leurs proches — de services d’aide : services d’entretien ménager, aide à la préparation des repas, services de répit et de gardiennage.

Près de 750 000 amis et proches soutiennent des personnes qui ont besoin de soins. Afin de leur permettre de maintenir leur engagement essentiel sans risquer l’épuisement et sans compromettre leur propre santé, 10 millions de dollars serviront à financer des services de répit aux proches aidants.

De plus, une somme de 15 millions de dollars sera consacrée à l’achat d’équipements destinés aux soins à domicile.

L’amélioration des services aux personnes âgées en centre d’hébergement

Le premier ministre et le ministre d’État ont également annoncé l’injection de 141 millions de dollars pour augmenter le nombre de places dans les centres d’hébergement et en améliorer le milieu de vie par des agrandissements, des aménagements et des rénovations.

« Parce que toutes les personnes âgées ne peuvent vivre chez elles aussi longtemps qu’elles le souhaiteraient, nous développerons de nouvelles places en centre d’hébergement et de soins de longue durée, et rehausserons les services offerts actuellement. De plus, 625 personnes supplémentaires seront engagés pour veiller au bien-être et à la sécurité des personnes âgées demeurant en centre d’hébergement », a souligné le ministre Legault.

Un renforcement des services sociaux de première ligne

Le ministre Roger Bertrand a pour sa part présenté un ensemble de mesures à caractère social. « Ce que nous voulons faire, c’est faciliter la vie des personnes les plus vulnérables, de celles qui ont des incapacités, des problèmes chroniques ou qui vivent des situations difficiles », a déclaré M. Bertrand.

Du côté des services aux jeunes en difficulté, M. Bertrand a expliqué que des budgets supplémentaires de 28 millions de dollars seront disponibles dès cette année. Cette mise de fonds permettra notamment de mettre sur pied 23 équipes d’intervention jeunesse. « Formées de professionnels, ces équipes soutiendront environ 1 600 jeunes, réduisant ainsi le nombre de signalements à la Direction de la protection de la jeunesse. Par ailleurs, des équipes d’intervention de crise et de suivi intensif seront implantées cette année dans cinq régions, apportant une aide immédiate à près de 1 000 familles », a déclaré le ministre Bertrand.

Pour les services de première ligne en santé mentale, les budgets supplémentaires atteindront 25 millions de dollars. Cet investissement permettra de soutenir 10 000 personnes atteintes de troubles mentaux graves. Cette somme sera notamment affectée aux services de crise, aux équipes de maintien dans la communauté et aux ressources résidentielles adaptées.

Certains troubles mentaux, tout en ayant un caractère transitoire, sont suffisamment importants pour interférer avec les activités régulières des personnes affectées. L’augmentation des services en CLSC permettra de soutenir 15 000 personnes de plus. Ces personnes recevront une aide psychologique appropriée pour, par exemple, faire face à un problème de dépression ou d’anxiété grave.

Des sommes seront consacrées afin d’aider près de 1 800 personnes de plus qui vivent avec une déficience physique ou intellectuelle. Ces sommes serviront notamment à leur fournir des services de réadaptation et de soutien à l’intégration et à aider leurs proches et leurs familles.

En ce qui a trait aux troubles envahissants du développement, dont le plus répandu est l’autisme, une somme de 14 millions de dollars permettra d’accroître les services dès cette année. Un programme d’intervention comportementale intensive sera implanté pour les enfants de cinq ans et moins, et un soutien personnalisé sera accordé aux enfants d’âge scolaire. Les services de répit et de gardiennage destinés aux familles de ces enfants seront renforcés. D’autres services seront également offerts aux adultes présentant un trouble envahissant du développement, notamment l’accès à des logements adaptés et à une gamme d’activités de jour.

« Pour l’ensemble de ces programmes, une partie des sommes allouées ira aux organismes communautaires. Rappelons que leur mission est essentielle en matière de services de proximité. Ces sommes seront destinées essentiellement à la mission de base des organismes, mais aussi à des ententes de services », a précisé le ministre Bertrand.

Un travail de longue haleine

« Cette annonce d’aujourd’hui marque un changement de culture. Nous avons le devoir de nous assurer qu’elle se traduise par plus de soins et plus de services pour les Québécoises et les Québécois. C’est pourquoi ces investissements seront liés à la signature de contrats de performance avec les régies régionales et les établissements. Cela permettra à la population de suivre les résultats obtenus, à travers toute une série d’indicateurs », a déclaré M. Legault .

« Tout cela n’est qu’un début, et d’autres annonces suivront au cours des prochaines semaines, dans d’autres champs d’activité du secteur de la santé et des services sociaux. L’engagement de mon gouvernement est ferme : nous tenons à assurer à chaque Québécoise et à chaque Québécois des soins de santé et des services sociaux accessibles et de qualité. C’est pourquoi, conformément au plan Pour faire les bons choix, les efforts de réinvestissement seront accentués au cours des prochaines années », a conclu le premier ministre Bernard Landry.



Mise en ligne : 21 février 2003


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017