Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Le gouvernement du Québec offre un soutien technique à la suite de l’incendie de la cathédrale de Sainte-Cécile

Salaberry-de-Valleyfield, le mardi 10 septembre 2002 - Le premier ministre du Québec, M. Bernard Landry, et la ministre d’État à la Culture et aux Communications, Mme Diane Lemieux, ont visité aujourd’hui la cathédrale Sainte-Cécile de Salaberry-de-Valleyfield afin de constater les dégâts causés par l’incendie qui a fait rage mercredi dernier. M. Landry et Mme Lemieux souhaitaient rencontrer les représentants de la Fabrique pour leur confirmer le soutien du gouvernement du Québec dans l’évaluation des dommages, ainsi que dans la conservation et la restauration des œuvres d’art endommagées.

Cette visite s’est effectuée en présence de l’évêque du diocèse de Valleyfield, Mgr Luc Cyr, du recteur de la basilique et curé de la paroisse Sainte-Cécile, Mgr Hubert Julien, et du député de Salaberry-Soulanges, M. Serge Deslières.

« Depuis plusieurs années, le gouvernement du Québec a pris fait et cause pour la sauvegarde et la mise en valeur de notre important patrimoine religieux. Je tiens aujourd’hui à assurer la population de la paroisse et de tout le diocèse de Valleyfield de notre sympathie et du soutien de mon gouvernement dans cette épreuve. Nous les accompagnerons au cours des prochains mois », a déclaré le premier ministre.

Évaluation, consolidation et conservation

Le ministère de la Culture et des Communications détient une grande expertise en matière de patrimoine religieux, tant au point de vue historique qu’architectural et artistique. Une équipe d’experts du Ministère, soutenue par des représentants de la Fondation du patrimoine religieux du Québec, de la Société immobilière du Québec et du Centre de conservation du Québec, sera disponible pour aider les représentants du diocèse à dresser un état de situation dans le but d’établir un devis complet sur les travaux à effectuer.

De plus, il est impératif de sécuriser les lieux et de freiner la progression des dommages avant et pendant la durée des travaux. Même s’il n’y a aucun risque d’effondrement, puisque la structure semble intacte, certains travaux de consolidation seront nécessaires pour protéger les structures et les biens non endommagés. Le Ministère assistera la fabrique dans l’exécution des travaux.

Malgré les énormes pertes subies lors de l’incendie, de magnifiques joyaux ont pu être sauvés, notamment la collection de bibles – dont plusieurs datent du Moyen Âge – le chœur et la sacristie, de même que des icônes et des sculptures sur bois de Léo Arbour. La ministre Lemieux a offert à la fabrique l’expertise du Centre de conservation du Québec en ce qui concerne la restauration des œuvres endommagées et les conditions d’entreposage des œuvres intactes.

Érigée en 1934 dans le style néo-gothique, la cathédrale, telle qu’on la connaît aujourd’hui, est d’une valeur architecturale élevée. L’immensité de son squelette, conjuguée à une imposante façade à deux tours couronnée de deux clochers, en font une des plus importantes cathédrales du Québec. C’est également l’une des seules églises à posséder le titre de « basilique mineure », une reconnaissance que le Vatican lui a accordée en 1991.

« Les spécialistes du ministère de la Culture et des Communications, architectes, restaurateurs et historiens de l’art, mettront en commun leurs connaissances afin de trouver la meilleure façon de redonner leur apparence d’origine à la cathédrale Sainte-Cécile et à tous ses trésors qui ont pu être sauvés. Cette intervention se veut une preuve de solidarité et une première contribution à la grande corvée collective que vous entreprenez », a conclu la ministre Lemieux.


- 30 -


Mise en ligne : 10 septembre 2002


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017