Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

L’Abitibi-Témiscamingue pourra jouer un rôle majeur dans l’économie nord-américaine et mondiale

Rouyn-Noranda, le jeudi 28 novembre 2002 - Le gouvernement du Québec, la Société générale de financement du Québec et le comité régional ACCORD de l’Abitibi-Témiscamingue ont signé aujourd’hui une entente sur le développement de créneaux d’excellence permettant à la région de jouer un rôle majeur dans l’économie nord-américaine et mondiale. Le premier ministre du Québec, M. Bernard Landry, le ministre d’État à la Population, aux Régions et aux Affaires autochtones, M. Rémy Trudel, le président du conseil et chef de la direction de la Société générale de financement, M. Claude Blanchet (SGF), le président du comité régional ACCORD de l’Abitibi-Témiscamingue, M. Raymond Grenier, et la présidente du Conseil régional de développement de l’Abitibi-Témiscamingue, Mme Diane Raymond, étaient présents à la séance de signature.

Cette entente vise à désigner les technomines souterraines et les systèmes de construction en bois comme créneaux d’excellence qui permettront à la région de l’Abitibi-Témiscamingue de tenir un rôle de leader au Québec et de développer son image de marque en Amérique du Nord et sur les marchés mondiaux. De plus, l’élevage du bœuf à l’herbe a été pointé comme un créneau d’excellence en émergence et son développement fera l’objet d’une veille. Enfin, la valorisation des ressources hydriques, dont le potentiel de développement n’a pas encore été établi, sera examinée comme créneau d’excellence possible.

« En signant ce premier Accord en Abitibi-Témiscamingue, le gouvernement du Québec donne déjà suite au Rendez-vous national des régions. Voilà une initiative qui témoigne de notre vision renouvelée du développement régional.

Nous voulons que la capacité de la région de l’Abitibi-Témiscamingue à innover, à se mobiliser et à se démarquer se fasse principalement sentir dans les créneaux de son choix », a déclaré le premier ministre.

« Cet engagement, partagé par les différents ministères touchés, entraînera un meilleur développement économique et une amélioration de la qualité de la vie dans la région. Le comité régional ACCORD mobilisera les acteurs régionaux du milieu des affaires et des institutions de recherche et d’enseignement, ainsi que d’autres partenaires de la région. L’appui de la collectivité est crucial pour mener à terme le projet », a pour sa part indiqué le ministre Rémy Trudel.

La SGF entend intensifier son rôle dans le développement de projets industriels en région et elle participera activement à cet ACCORD. « Cette démarche permet aux différents acteurs économiques de la région de mieux comprendre la dynamique et les interrelations industrielles de même que les rapports à établir avec des filières à l’étranger. Il ne s’agit pas ici de faire de la mono-industrie, mais bien de « turbocharger » des créneaux de développement économique qui auront des retombées positives sur toute la région », a souligné M. Claude Blanchet.

Les créneaux d’excellence

Le créneau des techno-mines souterraines, pour lequel la région de l’Abitibi-Témiscamingue est reconnue comme chef de file, se caractérise par le regroupement et l’intégration des filières liées à l’exploration et à l’exploitation souterraines. La région regroupe plusieurs entreprises minières dont les produits sont reconnus internationalement. De ce fait, l’expertise minière à divers niveaux, la recherche effectuée dans ce domaine, la présence de l’Unité de recherche et de service en technologie minérale, ainsi que celle de la Chaire industrielle en environnement et gestion des rejets miniers de l’UQAT donne une position avantageuse à la région sur les marchés mondiaux. « L’Abitibi-Témiscamingue est reconnue à travers le monde pour le niveau d’expertise de ses équipementiers et pour sa façon innovatrice d’aborder le secteur, qui se détache de plus en plus des approches traditionnelles », a expliqué M. Raymond Grenier.

La région de l’Abitibi-Témiscamingue est également reconnue comme un leader dans le créneau des systèmes de construction en bois. Ce créneau se caractérise par la convergence des sous-secteurs du bois d’ingénierie, des panneaux, des systèmes préfabriqués ainsi que du bois d’œuvre. Il s’agit d’une filière bien structurée et complète, qui occupe une bonne position dans divers marchés. Le territoire offre une ressource naturelle principalement constituée d’essences de la famille des pinacées, telles que le sapin, l’épinette et le pin, reconnues pour leurs qualités mécaniques et structurelles. « Ce secteur regroupe des entreprises qui font surtout de la première transformation. Il est important d’ajouter de la valeur aux produits avant qu’ils ne quittent la région », a ajouté M. Grenier.

Le créneau d’excellence en émergence

On reconnaît, pour la région de l’Abitibi-Témiscamingue, le caractère émergent du créneau de l’élevage du bœuf à l’herbe, qui se caractérise par la production, la transformation et la commercialisation du bœuf naturel. La viande de bœuf à l’herbe se distingue, notamment, par sa faible teneur en gras et une tendreté accrue. Le choix de ce créneau repose sur le fait qu’il s’agit d’un secteur conventionnel en forte croissance dans toutes ses composantes en région et qu’il peut compter sur une filière de transformation presque complète.

Le créneau de la valorisation des ressources hydriques constitue un secteur en évaluation pour la région de l’Abitibi-Témiscamingue. Ce créneau vise la mise en valeur de la ressource hydrique locale à des fins agroalimentaires, cosmétiques, pharmaceutiques, nutraceutiques. La région profite d’eskers énormes et l’eau qu’on y trouve est d’une pureté exceptionnelle. Une entreprise d’embouteillage d’eau est déjà en place et la population veut maintenant s’assurer que cette ressource ait une valeur ajoutée.


- 30 -


Mise en ligne : 28 novembre 2002


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017