Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Plan d’action pour un Québec meilleur : vingt actions prioritaires

Photo du lancement du plan d'action du gouvernement : Mme Marois, M. Legault, M. Landry et M. Facal.Québec, le mercredi 6 novembre 2002 - Le premier ministre du Québec, M. Bernard Landry, rend public aujourd’hui le plan d’action du gouvernement qui présente des mesures concrètes pour les prochains mois. Ce plan d’action vise deux grands objectif : d’abord, que la prospérité profite à toutes les Québécoises et à tous les Québécois; ensuite, assurer à l’ensemble de la population une meilleure qualité de vie en lui donnant accès à des services publics de haut niveau.

« Ce plan d’action traduit la volonté du gouvernement d’agir de manière cohérente afin de répondre aux besoins de la population et d’accentuer ses efforts dans certains secteurs prioritaires. Il repose sur le choix d’un certain nombre de moyens, de principes et de valeurs. Il comprend des annonces nouvelles, mais il vise aussi à réaffirmer un certain nombre d’engagements déjà formulés et à les inscrire dans une perspective d’ensemble, claire et cohérente », a déclaré le premier ministre.

Prospérité pour tous

Fort d’un bilan économique enviable, le gouvernement du Québec entend poursuivre ses efforts afin que tous puissent bénéficier d’une plus grande prospérité. « Personne ne doit être laissé pour compte dans le formidable élan qui anime actuellement l’économie du Québec », a souligné M. Landry.

Pour atteindre une plus grande prospérité, le gouvernement propose trois objectifs : la mobilisation de la société québécoise autour du plein emploi, un meilleur développement des régions par une autonomie accrue et une réduction notable de la pauvreté.

Le gouvernement mettra en œuvre une stratégie économique de plein emploi qui mise à la fois sur le renforcement de la productivité des entreprises, une meilleure commercialisation des produits québécois sur les marchés étrangers, la diversification des marchés d’exportation, un appui soutenu à l’innovation, l’accélération du développement des biotechnologies et l’exploitation du potentiel énergétique du Québec dans une perspective de développement durable.

Une meilleure qualité de vie pour tous

« L’accès à des services publics de qualité doit demeurer un droit fondamental, et non pas devenir un privilège », a rappelé le premier ministre.

À cet égard, le gouvernement s’attaquera en priorité aux soins de la santé en favorisant le développement d’une médecine de proximité, axée sur le service au patient. Au cours de la prochaine année, cent groupes de médecine de famille seront mis en place. Le gouvernement vise à ce que, d’ici 2005, toutes les Québécoises et tous les Québécois aient accès à un groupe de médecine de famille.

Au chapitre de l’éducation, véritable moteur économique et social du Québec, le gouvernement entend concentrer ses efforts pour faire de l’école secondaire un milieu d’apprentissage stimulant et enrichissant. De plus, il facilitera l’accès à davantage d’activités parascolaires en mettant en avant un nouveau programme Ça bouge après l’école.

Par ailleurs, la famille demeure au cœur des préoccupations gouvernementales. La mise en œuvre de la politique familiale sera ainsi poursuivie par l’ajout, d’ici 2005, de 50 000 places en garderie à cinq dollars.

Une enveloppe spéciale de 1,3 milliard de dollars

Afin d’appuyer la réalisation de ce plan, le gouvernement constituera une enveloppe spéciale de 1,3 milliard de dollars d’ici 2005. Ainsi, à partir de réaménagements budgétaires au sein des ministères, un montant de 100 millions de dollars sera dégagé pour l’année financière en cours. Un montant de 300 millions de dollars est prévu pour l’année 2003-2004, de 400 millions de dollars pour l’année 2004-2005 et de 500 millions de dollars pour l’année 2005-2006. Le financement du plan d’action tiendra compte de la marge de manœuvre financière du gouvernement et respectera l’engagement de maintenir l’équilibre des finances publiques.

Un Québec fort pour tous

Le gouvernement du Québec n’entend pas emprunter la voie de la « démission tranquille » préconisée par certains sur la question de l’avenir du Québec. Au contraire, il défendra les intérêts du Québec, notamment dans les dossiers du déséquilibre fiscal et des congés parentaux.

« De plus, le gouvernement du Parti Québécois souhaite que, d’ici 2005, le Québec soit pleinement maître de son destin et qu’il puisse s’épanouir à l’échelle de la planète. Seule la souveraineté assurera cette ouverture sur le monde, qui est déjà une si belle caractéristique du Québec actuel », a conclu le premier ministre.

Au cours des prochaines semaines, l’équipe ministérielle sera appelée à présenter les priorités d’action retenues. La première retombée concrète de cet exercice sera la tenue du Rendez-vous national des régions, les 12, 13 et 14 novembre prochains.

- 30 -


Mise en ligne : 6 novembre 2002


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017