Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Le premier ministre souligne la contribution de Louis Laberge au développement social du Québec

Québec, le vendredi 19 juillet 2002 - Le premier ministre du Québec, M. Bernard Landry, a appris avec un profond regret le décès de M. Louis Laberge et a tenu à souligner l’inestimable apport de ce pionnier à la société québécoise.

« Ce grand Québécois a été vice-président de la Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec (FTQ), l’une des plus vieilles et des plus importantes organisations syndicales québécoises, de 1962 à 1964. Il en a ensuite assumé la présidence, pendant 27 ans, de 1964 à 1991. Il a également occupé les postes de membre du Conseil consultatif du travail et de la main-d’œuvre (CCTM) et de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST). De plus, il a été membre de la Caisse de dépôt et de placement du Québec ainsi que le président fondateur du Fonds de solidarité FTQ. M. Laberge était officier de l’Ordre national du Québec depuis 1988.

Nous déplorons aujourd’hui le départ d’un homme qui a profondément marqué l’évolution du syndicalisme au Québec. Louis Laberge n’est plus, mais son action demeurera inscrite au cœur même de notre histoire contemporaine.

Bien servi par sa verve et sa forte personnalité, Louis Laberge a su stimuler habilement ses troupes au cours des grandes batailles syndicales menées dans les années 1970 à 1990. Son engagement était entier. Il militait avec cœur, avec conviction et avec une énergie sans cesse renouvelée. Les coups durs qu’il a subis dans son rôle de leader ont fait ressortir son incroyable capacité à rebondir, toujours plus fort et déterminé dans l’adversité.

Après avoir quitté la présidence de la FTQ, en 1991, M. Laberge s’est consacré plus intensément encore à l’autre cause qui lui était aussi chère que la défense des droits des travailleurs et des travailleuses : la souveraineté du Québec. L’édification d’une société meilleure se traduisait pour lui, comme pour beaucoup d’autres Québécois, par l’obtention de la pleine maîtrise de notre destinée.

Au nom du gouvernement du Québec et en mon nom, j’offre mes sincères condoléances à tous les membres de sa famille. »

Par ailleurs, selon le souhait du premier ministre, et en accord avec la famille du défunt, une cérémonie officielle honorera solennellement la mémoire de M. Laberge. Des funérailles nationales auront donc lieu le mercredi 24 juillet, à 10 heures 30, en la cathédrale Marie-Reine-du-Monde située sur le boulevard René-Lévesque, au coin de la rue Mansfield, à Montréal. Veuillez également prendre note que la dépouille mortelle sera exposée dimanche, lundi et mardi, les 21, 22 et 23 juillet, de 14 heures à 17 heures et de 19 heures à 22 heures, au complexe funéraire Saint-François-d’Assise, 6700 rue Beaubien Est, Montréal.

Enfin, le premier ministre a demandé que le drapeau du Québec soit mis en berne sur tous les édifices gouvernementaux le jour des funérailles, de l’aube au crépuscule.


- 30 -


Mise en ligne : 19 juillet 2002


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017