Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Québec annonce une nouvelle Baie-James et la création de 10 500 emplois

Photo de M. Bernard Landry et de M. Ted MosesWaskaganish, le jeudi 7 février 2002 - À l’occasion de la signature de l’entente finale entre le Québec et les Cris, le premier ministre du Québec, M. Bernard Landry, a annoncé le début des travaux de construction d’un complexe hydroélectrique de 4 milliards de dollars sur le territoire de la Baie-James. Ces travaux entraîneront la création de 10 500 emplois directs sur une période de neuf ans.

La signature de cette entente ouvre, pour le Québec et la nation crie, une nouvelle ère de développement et de partenariat dont bénéficieront tous les Québécois. En outre, la réalisation des projets Eastmain 1 et Eastmain 1-A/Rupert (dérivation) augmenteront de plus de 1 200 MW la capacité de production électrique du Québec. Cela représente une augmentation de 15 % de la production totale actuelle de la Baie-James.

« En plus de créer 10 500 emplois, cet apport à la production énergétique du Québec conforte notre capacité à répondre aux besoins de la population et des entreprises. Il permettra également d’explorer des occasions d’affaires sur le marché de l’exportation. En fait, c’est tout le développement économique futur du Québec qui est stimulé par ces développements hydroélectriques », a déclaré le premier ministre.

L’entente ouvre la voie à la réalisation de deux projets distincts. Un premier projet, déjà autorisé, vise à aménager la centrale Eastmain 1 et son réservoir sur la rivière Eastmain, en amont du réservoir Opinaca. La centrale Eastmain 1 aura une capacité de 480 MW. Les travaux pourront débuter dès ce printemps.

Un second projet, appelé Eastmain 1-A/Rupert (dérivation), consiste à dériver partiellement les eaux de la rivière Rupert vers le réservoir Eastmain 1 et les centrales déjà existantes du complexe La Grande. Au total, ce second projet aura une capacité de production de l’ordre de 770 MW. Il fera l’objet d’études environnementales qui mèneront, éventuellement, aux autorisations gouvernementales requises.

Ces projets prévoient des contrats d’une valeur de 590 millions de dollars qui pourront être réalisés par des entreprises cries. Il est convenu que tous ces travaux devront respecter les objectifs de qualité, de prix, d’échéancier et de garanties d’Hydro-Québec.

Il est également prévu qu’un montant de 50 millions de dollars sera accordé pour que soient effectués des études et des travaux remédiateurs associés aux effets environnementaux de ces projets. Enfin, les Cris et Hydro-Québec ont convenu d’une nouvelle entente concernant les effets du mercure sur les communautés. Une première entente terminée en 1996 a permis de réaliser plusieurs études. La nouvelle entente prévoit que plus des deux tiers des 24 millions de dollars versés par Hydro-Québec seront investis afin que les Cris se réapproprient la ressource poisson.

« La réalisation de ces ouvrages hydroélectriques sur le territoire de la Baie-James écrit une autre page de l’histoire économique du Québec. Elle exprime aussi, de manière éloquente, la volonté du gouvernement du Québec de travailler au développement de toutes les régions du Québec », a conclu le premier ministre.


- 30 -


Mise en ligne : 7 février 2002


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017