Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

La Mauricie pourra jouer un rôle majeur dans l’économie nord-américaine et mondiale

Trois-Rivières, le mardi 10 décembre 2002 - Le gouvernement du Québec, la Société générale de financement du Québec et la région représentée par le Comité régional ACCORD de la Mauricie et son partenaire associé, le Conseil régional de développement de la Mauricie, ont signé aujourd’hui une entente sur le développement de créneaux d’excellence permettant à la région de jouer un rôle majeur dans l’économie nord-américaine et mondiale. Le premier ministre du Québec, M. Bernard Landry, le ministre d’État à la Population, aux Régions et aux Affaires autochtones, M. Rémy Trudel, le ministre du Revenu et ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Guy Julien, le président du conseil et chef de la direction de la Société générale de financement (SGF), M. Claude Blanchet, le président du comité régional ACCORD de la Mauricie, M. André Thibault, et la présidente par intérim du Conseil régional de développement de la Mauricie, Mme Jocelyne Eliott Leblanc, étaient présents à la séance de signature.

Cette entente identifie les papiers à valeur ajoutée et les technologies associées comme créneau d’excellence qui permettra à la région de la Mauricie de tenir un rôle de leader au Québec et de développer son image de marque en Amérique du Nord et sur les marchés mondiaux. De plus, l’hydrogène et les électrotechnologies ont été identifiés comme un créneau d’excellence en émergence, pendant que les technologies de transformation des métaux (magnésium et titane) permettront à la région de s’associer à d’autres régions du Québec et ainsi d’assumer conjointement le positionnement nord-américain et mondial de ce créneau d’excellence. Enfin, les bioprocédés industriels et le meuble, dont les potentiels de développement n’ont pas encore été établis, seront examinés comme créneaux d’excellence potentiels.

« En signant cet ACCORD en Mauricie, le gouvernement du Québec donne déjà une suite au Rendez-vous national des régions. Voilà une initiative qui témoigne de notre vision renouvelée du développement régional.

Nous voulons que la capacité de la région de la Mauricie à innover, à se mobiliser et à se démarquer se fasse principalement sentir dans les créneaux d’excellence de son choix », a déclaré le premier ministre.

« Cet engagement partagé par les différents ministères touchés entraînera un meilleur développement économique et une amélioration de la qualité de la vie dans la région. Le comité régional ACCORD mobilisera les acteurs régionaux du milieu des affaires et des institutions de recherche et d’enseignement, ainsi que d’autres partenaires de la région. L’appui de la collectivité est crucial pour mener à terme le projet », a pour sa part indiqué le ministre Rémy Trudel.

« Avec la signature de l’entente ACCORD, c’est un outil supplémentaire pour l’essor de la Mauricie qui nous est confié. Les entrepreneurs, les chercheurs et les autres partenaires du développement économique de la région ont le défi de travailler ensemble à explorer des créneaux prometteurs qui nous positionneront avantageusement sur les marchés. Il faut que notre démarche nous rapproche rapidement de réalisations concrètes, d’emplois de qualité, d’entreprises structurantes et compétitives », a souligné le ministre Julien.

La SGF entend intensifier son rôle dans le développement de projets industriels en région et elle participera activement à cet ACCORD. « Cette démarche permet aux différents acteurs économiques de la région de mieux comprendre la dynamique et les interrelations industrielles de même que les rapports à établir avec des filières à l’étranger. Il ne s’agit pas ici de faire de la mono-industrie, mais bien de « turbocharger » des créneaux de développement économique qui auront des retombées positives sur toute la région », a souligné M. Claude Blanchet.

Les créneaux d’excellence

Le créneau des papiers à valeur ajoutée et technologies associées, pour lequel la région de la Mauricie est reconnue comme leader, se caractérise par la présence de grandes industries, de donneurs d’ordre de niveau mondial et d’une importante sous-traitance spécialisée. La présence de programmes d’enseignement supérieur et technique, de centres de recherche, d’une chaire sur le papier à valeur ajoutée, à l’UQTR, ainsi que d’investissements très importants dans des équipements de R&D récemment consentis, permettent de positionner la Mauricie comme la région qui saura le mieux relever le défi de développer des produits basés sur de nouvelles fibres commercialisables, de développer des papiers à grande valeur ajoutée et d’assurer la valorisation commerciale des nouvelles technologies issues de ces innovations. « La présence d’entreprises partenaires, qui ont engagé des investissements majeurs dans la production de papiers et le développement des technologies de production a largement contribué à ce que la Mauricie soit reconnue comme leader dans ce créneau », a expliqué M. André Thibault.

Le créneau de l’hydrogène et des électrotechnologies pour lequel la région de la Mauricie reconnaît le caractère émergent, se caractérise par le développement de technologies uniques notamment dans les infrastructures pour supporter le déploiement de flottes de véhicules terrestres, nautiques et aéronautiques (les technologies de production, d’emmagasinage, de transport, de distribution et de sécurité de l’hydrogène). Aussi, la Mauricie compte sur la présence du collège de Shawinigan et de l’UQTR, qui offrent une formation spécialisée dans le domaine, de l’Institut de recherche sur l’hydrogène, de la Chaire sur la puissance électrique de l’UQTR, du Laboratoire des technologies de l’énergie d’Hydro-Québec et du Centre national en électrochimie et en technologie environnementale. « La région bénéficie de la notoriété mondiale de ses centres de recherche et d’une grande expertise dans les domaines de l’hydrogène et des électrotechnologies », a ajouté M. Thibault.

Le créneau des technologies de transformation des métaux (magnésium et titane), pour lequel la région de la Mauricie constitue une associée déterminante pour la région leader, qu’il reste à préciser, se caractérise par une structure industrielle complète et dynamique, notamment grâce au réseautage entre les PME, les grands manufacturiers et leurs regroupements, l’existence de centres de recherche, de programmes de formation technique, la présence de plusieurs entreprises leaders ainsi que de sous-traitants spécialisés. De plus, en matière de recherche, des fonds substantiels ont été alloués récemment à l’installation d’un laboratoire de magnésium (échelle pilote). Finalement, le Centre intégré en fonderie et en métallurgie dispose d’une expertise importante en technologies du magnésium, laquelle est applicable aux autres secteurs des métaux légers.

Le créneau des bioprocédés industriels, qui pour la région de la Mauricie, constitue un secteur en évaluation, se caractérise par l’expertise mauricienne en biotechnologie et en technologie membranaires, lesquelles trouvent des applications dans les industries agroalimentaire, pharmaceutique, biomédicale, dans les industries biochimiques du nettoyage et de la décontamination, dans les biomatériaux, le contrôle de la fabrication, l’industrie papetière, et enfin, en énergie. La région se distingue également par l’existence de plusieurs centres et unités de recherche regroupant plus de cent chercheurs et par la graduation de plus d’une centaine d’étudiants par année. Par ailleurs, les centres et unités de recherche sont réseautés avec les centres de recherche les plus importants au Québec. Finalement, la présence de plusieurs entreprises leaders et de plusieurs sous-traitants ainsi que l’arrivée à maturité de technologies ayant un potentiel commercial amènent à identifier la Mauricie comme un futur contributeur important au développement de la biotechnologie au Québec.

Le créneau du meuble, qui constitue également un secteur en évaluation, se caractérise par la présence d’un nombre important de donneurs d’ordre, dont quatre majeurs, et d’une cinquantaine de sous-traitants. L’industrie du meuble en Mauricie se niche dans la production de moyenne et de haute gamme, principalement pour le meuble résidentiel. L’industrie exporte près de 80 % de sa production. La base industrielle du créneau est bien structurée. Toutefois, il y a peu ou pas de R&D, et plusieurs régions mènent des activités industrielles dans ce créneau.


- 30 -


Mise en ligne : 10 décembre 2002


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017