Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Le Bas-Saint-Laurent pourra jouer un rôle majeur dans l’économie nord-américaine et mondiale

Rimouski, le jeudi 5 décembre 2002 - Le gouvernement du Québec, la Société générale de financement du Québec et le comité régional ACCORD du Bas-Saint-Laurent ont signé aujourd’hui une entente sur le développement de créneaux d’excellence permettant à la région de jouer un rôle majeur dans l’économie nord-américaine et mondiale. Le premier ministre du Québec, M. Bernard Landry, le ministre d’État à la Population, aux Régions et aux Affaires autochtones, M. Rémy Trudel, la secrétaire d’État à la Recherche, à la Science et à la Technologie et déléguée régionale du Bas-Saint-Laurent, Mme Solange Charest, le président du conseil et chef de la direction de la Société générale de financement (SGF), M. Claude Blanchet, le président du comité régional ACCORD du Bas-Saint-Laurent, M. Yves Goudreau, et la présidente du Conseil régional de concertation et de développement du Bas-Saint-Laurent, Mme Ginette Saint-Amand, étaient présents à la séance de signature.

Cette entente vise à identifier les ressources, sciences et technologies marines, et la valorisation de la tourbe et technologies agro-environnementales comme créneaux d’excellence qui permettront à la région du Bas-Saint-Laurent de tenir un rôle de leader au Québec et de développer son image de marque en Amérique du Nord et sur les marchés mondiaux. De plus, les créneaux du matériel de transport et produits métalliques et de l’habitat et de la construction, qui représentent un potentiel de développement, sont en évaluation.

« En signant ce premier ACCORD au Bas-Saint-Laurent, le gouvernement du Québec donne déjà une suite au Rendez-vous national des régions. Voilà une initiative qui témoigne de notre vision renouvelée du développement régional. Nous voulons que la capacité de la région du Bas-Saint-Laurent à innover, à se mobiliser et à se démarquer se fasse principalement sentir dans les créneaux de son choix », a déclaré le premier ministre.

« Cet engagement partagé par les différents ministères touchés entraînera un meilleur développement économique et une amélioration de la qualité de la vie dans la région. Le comité régional ACCORD mobilisera les acteurs régionaux du milieu des affaires et des institutions de recherche et d’enseignement, ainsi que d’autres partenaires de la région. L’appui de la collectivité est crucial pour mener à terme le projet », a pour sa part indiqué le ministre Rémy Trudel.

« Le défi majeur du Bas-Saint-Laurent pour les prochaines années se trouve dans l’innovation, la diversification économique et le développement durable. L’implantation d’un comité ACCORD dans le Bas-Saint-Laurent contribuera non seulement à soutenir la croissance de nos entreprises et le développement économique de la région du Bas-Saint-Laurent, mais il permettra aussi à nos concitoyens et entreprises de partager la vision commune que nous nous sommes donnée collectivement », a ajouté la déléguée régionale de la région du Bas-Saint-Laurent, Mme olange Charest.

La SGF entend intensifier son rôle dans le développement de projets industriels en région et elle participera activement à cet ACCORD. « Cette démarche permet aux différents acteurs économiques de la région de mieux comprendre la dynamique et les interrelations industrielles de même que les rapports à établir avec des filières à l’étranger. Il ne s’agit pas ici de faire de la mono-industrie mais bien de « turbocharger » des créneaux de développement économique qui auront des retombées positives sur toute la région », a souligné M. Claude Blanchet.

Les créneaux d’excellence

Le créneau des ressources, sciences et technologies marines, du Québec maritime, pour lequel les régions de la Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine, le Bas-Saint-Laurent et la Côte-Nord se reconnaissent comme co-leaders, a déjà fait l’objet d’un appui par le gouvernement du Québec, dans le cadre du lancement, en juin dernier, de la Stratégie de développement « Plein Cap sur la Mer ». Celle-ci se caractérise par une approche intégrée puisqu’elle couvre trois dimensions de façon complémentaire : les ressources, les sciences et les technologies, où le transfert des connaissances et l’expertise servent de lien entre elles. Elle porte également sur six champs d’activité interdépendants, soit la pêche, l’aquaculture, la transformation des produits marins, les biotechnologies, les technologies marines et la construction et la réparation navales. Pour le Bas-Saint-Laurent, les biotechnologies marines et les technologies marines sont les filières les plus prometteuses. La présence des centres de recherche, donc de la masse critique de chercheurs, et des institutions d’enseignement constitue une assise puissante pour appuyer leur développement.

« Le Bas-Saint-Laurent est reconnu à travers le monde pour le niveau d’expertise de ses institutions publiques de savoirs scientifiques et techniques et également pour sa façon innovatrice d’aborder le secteur, qui se détache de plus en plus des approches traditionnelles », a expliqué M. Yves Goudreau.

La région du Bas-Saint-Laurent est aussi un leader dans le créneau de la valorisation de la tourbe et des technologies agro-environnementales. Ce créneau se caractérise par un système productif fort composé d’entreprises majeures d’envergure mondiale et d’un environnement propice à l’innovation.

Au cours des années, la mutation de l’approche traditionnelle d’exploitation de la tourbe a favorisé le développement de bio-industries et constitué une véritable filière.

Au Bas-Saint-Laurent, l’industrie de la tourbe se classe au premier rang des régions productrices de tourbe avec 45 % de la production québécoise et une vingtaine d’entreprises exportent plus de 85 % de leurs produits vers les marchés étrangers. Plusieurs pays utilisent la tourbe bas-laurentienne pour ses propriétés horticoles, énergétiques et environnementales. « Ce secteur représente une excellente occasion pour le développement de produits à valeur ajoutée axés sur l’environnement et les biotechnologies dans un marché à forte croissance », a ajouté M. Goudreau.

Les créneaux d’excellence en évaluation

On reconnaît, pour la région du Bas-Saint-Laurent, le caractère émergent du créneau du matériel de transport et produits métalliques, qui se caractérise par la présence de donneurs d’ordres majeurs dont, notamment, Bombardier Transport, entreprise de classe mondiale qui constitue, sans aucun doute, une locomotive pour le développement de ce créneau. Ce créneau représente une véritable filière avec plus de 30 entreprises qualifiées stratégiques qui ont une grande capacité d’innovation et pour les opportunités de développer de nouveaux marchés et de diversifier la production des entreprises de cette filière.

Le créneau de l’habitat et de la construction, qui constitue un secteur en évaluation pour la région du Bas-Saint-Laurent, se caractérise par la présence d’une base industrielle importante et fortement implantée sur les marchés de l’exportation. Ce secteur occupe une place prépondérante dans l’économie du Bas-Saint-Laurent; il se situe au premier rang de l’industrie manufacturière de la région. Cette dernière s’affirme dans ce créneau, entre autres, par une disponibilité régionale de matières premières (bois, ardoise, verre), une expertise régionale dans le secteur du bois, par la présence d’un réseau régional pour le développement de la deuxième et troisième transformation des produits du bois incluant des activités de veilles stratégiques et commerciales.


- 30 -


Mise en ligne : 5 décembre 2002


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017