Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

27e Conférence annuelle des gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre

Québec, le mardi 27 août 2002 - Le premier ministre du Québec, M. Bernard Landry, se réjouit du succès de la 27Conférence annuelle des gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre et des premiers ministres de l’Est du Canada, qui s’est achevée aujourd’hui à Québec. À cette occasion, les participants ont exprimé une volonté sans précédent de renforcer leur coopération à l’échelle régionale. Les discussions ont porté sur l’amélioration des conditions de circulation des biens et des personnes, la sécurité, l’énergie, l’environnement et la coopération en matière d’économie et d’éducation.

« Un consensus s’est rapidement dégagé entre les gouverneurs et premiers ministres sur la nécessité d’explorer les mesures destinées à concrétiser les nouvelles frontières de la coopération régionale, à l’instar de l’intégration réalisée depuis plusieurs années en Europe », a déclaré le premier ministre.

Cette rencontre a permis à M. Landry de poursuivre le dialogue dans le dossier du bois d’œuvre, notamment lors d’une rencontre avec l’ambassadeur des États-Unis au Canada, M. Paul Cellucci. Le premier ministre a d’ailleurs annoncé une rencontre à ce sujet à Québec, le 20 septembre, avec des représentants américains.

Entre autres initiatives, les participants ont confié au Groupe de travail sur le commerce et la mondialisation un nouveau mandat, soit celui de mettre en place un mécanisme de discussion visant à prévenir les différends commerciaux. On vise à l’établissement d’un dialogue direct entre les parties intéressées.

De plus, une demande est adressée aux gouvernements fédéraux du Canada et des États-Unis de considérer une approche continentale visant la libre circulation des biens et des personnes. Les conséquences des événements tragiques du 11 septembre ont rappelé à quel point la fluidité de la circulation aux frontières est capitale.

Les échanges en matière d’énergie ont, encore une fois, démontré l’importance des enjeux et la complexité des problèmes. Il s’est dégagé une volonté commune de renforcer les bases de coopération, tout en tenant compte des particularités et des intérêts des uns et des autres.

Plusieurs États et provinces se sont également joints au Protocole d’entente internationale d’aide à la gestion des urgences, établi à la suite de la crise du verglas de 1998. Le Québec, le Nouveau-Brunswick et le Massachusetts ont ainsi rejoint la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince Édouard, le Maine et le New Hampshire en tant que participants à cette entente qui prévoit l’aide mutuelle dans la gestion de situation urgente menaçant la sécurité du public.

Les gouverneurs et premiers ministres ont maintenu leur engagement de réduire les émissions des gaz à effet de serre (GES) dans le Nord-Est du continent, conformément au Plan d’action sur les changements climatiques. Dans le même ordre d’idées, le premier ministre du Québec, M. Bernard Landry, et le gouverneur du Maine, M. Augus S. King, ont signé une entente de coopération touchant aux questions environnementales transfrontalières.

Sur le plan de l’enseignement supérieur, une plus grande mobilité des étudiants à l’intérieur de la région est souhaitée. Le premier ministre a d’ailleurs informé ses partenaires américains que des ressources spécifiques seront allouées à la promotion des échanges d’étudiants dans le cadre de l’entente liant la Conférence des recteurs et principaux des universités du Québec au New England Board of Higher Education.


- 30 -


Mise en ligne : 27 août 2002


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017