Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Québec procède aux études d’avant-projet pour une centrale hydroélectrique sur la rivière Péribonka

Sainte-Monique, le mercredi 26 septembre 2001 - Le premier ministre du Québec, M. Bernard Landry, le ministre des Ressources naturelles, M. Jacques Brassard, et le président-directeur général d’Hydro-Québec, M. André Caillé, ont annoncé aujourd’hui l’enclenchement du processus qui devrait conduire à l’aménagement d’une centrale hydroélectrique sur la rivière Péribonka. Les études d’avant-projet débuteront dès cet automne. Si toutes les conditions sont réunies, la mise en service de la centrale est prévue pour l’automne 2009.

« Ce projet représente un investissement de plus de 1 milliard de dollars et la création de centaines d’emplois dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Dans cette démarche, notre gouvernement s’engage plus que jamais dans l’action pour soutenir les régions et développer le riche potentiel hydroélectrique du Québec », a indiqué M. Landry.

Cette décision fait suite aux études préliminaires effectuées au printemps 2001. La rivière Péribonka est déjà aménagée en trois endroits, en amont et en aval du site retenu par Hydro-Québec. Construite en amont de la confluence de la Péribonka et de la Manouane, soit aux environs du kilomètre 152 de la route des Passes-Dangereuses, la centrale aura une puissance installée de 450 MW. L’aménagement prévu assurera une production énergétique annuelle d’environ 2,2 TWh.

Soulignant qu’en 1992, en plein cœur du débat sur le dossier de la rivière Ashuapmushuan, une vaste coalition avait mis sur la table l’Option Péribonka, le ministre des Ressources naturelles du Québec, M. Jacques Brassard, indiquait : « La région du Saguenay–Lac-Saint-Jean a une longue tradition en matière d’énergie. Cette tradition repose essentiellement sur la présence chez nous de sociétés privées comme Alcan et ACI qui produisent de l’électricité pour leur propre consommation. Vous me permettrez donc aujourd’hui de souhaiter la bienvenue au producteur Hydro-Québec. »

« Comme cela est le cas dans tous nos projets, nous nous assurerons du respect de trois critères essentiels : la rentabilité économique du projet, son acceptabilité environnementale et son accueil favorable dans les communautés locales », a par ailleurs précisé M. Caillé.

Hydro-Québec procédera à des études environnementales et techniques approfondies au cours des deux prochaines années. De plus, la société d’état tiendra des rencontres d’information et d’échange avec les représentants du milieu, afin de prendre en considération leurs préoccupations et de les intégrer à la conception du projet.

Conformément à ses politiques, Hydro-Québec entend négocier une entente avec les MRC concernées et la communauté de Mashteuiatsh. Les ententes réalisées dans le cadre du projet hydroélectrique de la Toulnustouc serviront de référence.

Hydro-Québec compte déposer son rapport de projet en 2003 et commencer les travaux de construction en 2004, lorsque toutes les autorisations gouvernementales nécessaires auront été obtenues.


- 30 -


Mise en ligne : 26 septembre 2001


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017