Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Les premiers ministres Lord et Landry ont convenu de renforcer la coopération entre le Nouveau-Brunswick et le Québec

Québec, le mardi 16 octobre 2001 - Les premiers ministres Bernard Lord et Bernard Landry se sont rencontrés aujourd’hui à Québec pour faire le point sur certains dossiers d’intérêt commun. En soulignant l’étroite collaboration qui existe déjà entre les deux gouvernements et les deux sociétés civiles dans de nombreux secteurs, les premiers ministres ont convenu d’accroître de façon significative la coopération et les échanges entre le Nouveau-Brunswick et le Québec.

« Le Québec et le Nouveau-Brunswick ont plusieurs préoccupations communes dans des dossiers bilatéraux et multilatéraux. Nous sommes non seulement des voisins, mais surtout et avant tout des amis et des partenaires de longue date », a dit le premier ministre du Québec. Rappelant que la première entente de coopération entre les deux gouvernements remonte à 1969, M. Landry a signalé que, depuis cette époque, les deux sociétés ont grandement évolué et se sont considérablement modernisées. « C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il nous est apparu opportun d’ajouter de nouveaux secteurs à cette entente et d’envisager un nouvel accord », a-t-il mentionné.

« Cette rencontre nous a permis de mettre l’accent sur de nouveaux champs de coopération entre le Québec et le Nouveau-Brunswick, notamment dans les domaines de la coopération intergouvernementale, de l’énergie, du transport, de la santé et de l’environnement. Mes entretiens avec le premier ministre Landry et les rencontres entre nos ministres respectifs vont mener à une coopération accrue entre nos deux gouvernements et à un renforcement de nos liens économiques, culturels et sociaux. Le Nouveau-Brunswick a beaucoup à gagner de ces échanges », a déclaré le premier ministre Bernard Lord.

Les premiers ministres ont discuté de plusieurs questions et ont convenu de ce qui suit :

Une collaboration accrue dans certains dossiers sectoriels jugés prioritaires

Dans le domaine des transports, les premiers ministres Lord et Landry ont noté l’importance considérable, aux plans commercial et touristique, de la route transcanadienne qui relie Rivière-du-Loup à Fredericton. Dans cette perspective, les gouvernements du Nouveau-Brunswick et du Québec jugent qu’il serait important de parfaire ce tronçon de sorte qu’il devienne une route à quatre voies divisées. À cet égard, les deux premiers ministres ont réitéré leur engagement à poursuivre leurs investissements au chapitre des infrastructures routières et demandent au gouvernement fédéral d’assumer sa juste part des coûts reliés à cette portion de l’autoroute transcanadienne.

Pour faciliter le commerce entre le Québec et le Nouveau-Brunswick, les deux premiers ministres, de concert avec leur ministre des Transports, se sont aussi engagés à examiner le dossier des charges et des dimensions des véhicules lourds. L’objectif de cette démarche est d’en arriver à une plus grande harmonisation des réglementations en vigueur de part et d’autre.

Sur les questions énergétiques, les premiers ministres ont réitéré leur appui à la construction d’une extension à la conduite principale du gazoduc reliant le réseau du Nouveau-Brunswick (projet de Maritimes and Northeast Pipeline) à celui du Québec (projet Cartier), tel que les deux gouvernements en avaient convenu en février 2000 par la signature d’un protocole d’entente. Les deux premiers ministres et les ministres responsables du dossier de l’énergie ont souligné qu’une telle interconnexion aurait pour effet de donner aux régions du nord-ouest du Nouveau-Brunswick et de l’est du Québec un accès au gaz naturel à un prix compétitif.

Dans le domaine de la protection de l’environnement, les premiers ministres ont fait état de l’intérêt et de la volonté de leur gouvernement de coordonner leurs efforts, notamment le long des frontières terrestres et maritimes communes ainsi que dans les bassins versants.

Une coopération intergouvernementale plus large et plus moderne

MM. Lord et Landry ont signé un protocole additionnel à l’Accord de coopération et d’échanges en matière d’éducation, de culture et de communications (1969). Dans ce document, les deux gouvernements s’engagent à favoriser des collaborations dans les secteurs du tourisme, de la santé et des services sociaux. Le protocole additionnel encouragera un plus grand partage d’information, de connaissances et d’expertise entre les deux provinces.

Dans le secteur de la promotion touristique, il est envisagé de mener des actions communes, particulièrement dans la région de la Baie-des-Chaleurs où l’on élabore un partenariat Gaspésie-Acadie. Dans les domaines de la santé et des services sociaux, les questions relatives à la toxicomanie, à la détresse psychologique et au suicide chez les jeunes retiennent l’attention des autorités gouvernementales.

Les deux premiers ministres ont aussi convenu que l’Accord de 1969 serait revu de façon à le moderniser et à assurer un meilleur arrimage entre les besoins et les programmes.

Pour répondre plus adéquatement aux besoins de sa population en matière de santé, le gouvernement néo-brunswickois, avec l’accord du gouvernement du Québec, s’est engagé à retenir cinq places additionnelles pour des étudiants en médecine à l’Université de Sherbrooke. Ces nouveaux étudiants s’ajoutent au contingent de vingt places en médecine déjà réservées pour des étudiants du Nouveau-Brunswick au sein des universités québécoises.

Les deux premiers ministres ont aussi annoncé la signature, tout récemment, d’un accord grâce auquel des étudiants francophones du Nouveau-Brunswick pourront compléter leur formation en technique policière à l’École nationale de police du Québec.

Enfin, au cours de leur entretien, les premiers ministres Lord et Landry ont discuté des préparatifs entourant les célébrations du 400e anniversaire de l’établissement français de l’Île Ste-Croix et de l’Acadie, en 2004, et du 400e anniversaire de la ville de Québec, en 2008. Jugeant qu’il s’agissait là d’événements majeurs pour leur population respective, ils ont signifié leur désir de voir les deux sociétés civiles profiter de cette autre occasion de rapprochement. Les deux gouvernements soutiendront la réalisation de projets de coopération reliés à ces fêtes.

- 30 -


Mise en ligne : 16 octobre 2001


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017