Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

15,8 millions de dollars supplémentaires au Réseau de l’économie sociale

Québec, le mercredi 6 juin 2001 - À l’issue du Conseil des ministres, le premier ministre, M. Bernard Landry, a annoncé la nomination de Mme Pauline Marois, vice-première ministre et ministre d’État à l’Économie et aux Finances, comme responsable, pour l’ensemble du gouvernement, du dossier de l’économie sociale.

Pour sa part, Mme Pauline Marois a annoncé aujourd’hui que le gouvernement accordera, pour l’année 2001-2002, un montant supplémentaire de 15,8 millions de dollars à la consolidation et au renforcement du vaste réseau québécois de l’économie sociale.

Cette majoration de 15,8 millions de dollars se répartira de la façon suivante :

  • Un montant de 4,3 millions de dollars sera ajouté au budget des centres locaux de développement (CLD); l’enveloppe consacrée à l’économie sociale au sein de ces institutions passera donc de 12 à 16,3 millions de dollars. Ces budgets sont récurrents.

  • Le ministère de la Santé et des Services sociaux ajoutera 4 millions de dollars au Programme d’exonération financière des services d’aide domestique (PEFSAD) : le budget annuel de ce fonds passera donc de 32 à 36 millions de dollars. Ces nouvelles sommes, également récurrentes, contribueront à améliorer l’offre de services en matière d’aide à domicile.

  • Plusieurs entreprises d’aide domestique ont des besoins en matière de consolidation. Une somme de 7 millions de dollars, non récurrente, sera donc dégagée par le ministère de la Santé et des Services sociaux, à même sa réserve budgétaire, pour contribuer au cours des trois prochaines années à cet effort de consolidation.

  • Le ministère des Affaires municipales et de la Métropole haussera de 500 000 $ le budget consacré à l’économie sociale.

La répartition plus fine de ces sommes nouvelles sera déterminée par les ministères concernés, en collaboration avec le Chantier de l’économie sociale.

M. Bernard Landry a tenu à souligner que « c’est principalement dans le but de renforcer et de consolider cet important réseau des entreprises de l’économie sociale qui est devenu, au fil des ans, un maillon indispensable de la solidarité, aussi bien sociale qu’économique, que le gouvernement a pris cette décision ».

La vice-première ministre a tenu à rappeler pour sa part toute l’importance de l’économie sociale au Québec. Avec un chiffre d’affaires annuel de 4,2 milliards de dollars, soit près de 2 % du produit intérieur brut (PIB), le réseau de l’économie sociale compte aujourd’hui 4 764 entreprises (soit 2 303 coopératives et 2 461 entreprises à but non lucratif), et emploie près de 50 000 personnes.

Depuis le Sommet sur l’économie et l’emploi de 1996, plus de 1 000 nouvelles entreprises sont nées dans ce secteur, créant ou maintenant plus de 15 000 emplois.

Mme Pauline Marois a affirmé que de telles données « illustrent le fait que l’économie sociale possède un réel potentiel de création d’emplois et contribue ainsi à un Québec plus prospère ».

Par ailleurs, dans le cadre de ses nouvelles responsabilités, Mme Marois a été invitée à prononcer l’allocution d’ouverture de la 7e Conférence européenne de l’économie sociale qui se tient à Gävle, en Suède, du 7 au 9 juin.


- 30 -


Mise en ligne : 6 juin 2001


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017