Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Le premier ministre donne le coup d’envoi de la deuxième phase de la Relance de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

Bonaventure, le lundi 30 avril 2001 - Le premier ministre du Québec, M. Bernard Landry et le ministre d’État aux Régions, ministre de l’Industrie et du Commerce et ministre responsable du Loisir et du Sport, M. Gilles Baril, ont rendu public aujourd’hui un document qui précise les montants alloués pour la phase II de la Relance de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine dans le cadre de la stratégie de développement économique des régions ressources.

Rappelons que ce nouvel appui du gouvernement représente une somme de 97 millions de dollars dans la région pour les trois prochaines années, ce qui porte à 161 millions de dollars l’engagement financier total en faveur de la Relance de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine.

Le premier ministre était accompagné, en plus du ministre d’État aux Régions, du ministre responsable de la région et ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. Maxime Arseneau.

« Avec cette deuxième phase du plan de Relance, nous remettons entre vos mains les instruments nécessaires pour que la région prenne sa place dans la nouvelle économie; une nouvelle économie fondée sur les forces qui vous sont propres et sur votre capacité, maintes fois démontrée, d’inventer, d’innover et de concurrencer les meilleurs », a déclaré le premier ministre.

Plusieurs programmes et mesures sont ainsi mis en place et constituent autant de moyens pour soutenir financièrement les initiatives de la région, engendrer des investissements et créer de l’emploi. Ces programmes et mesures s’articulent autour de trois axes principaux : l’appui à la diversification économique, la croissance du secteur des ressources et le soutien à la PME.

Pousser plus loin la diversification et la transformation des ressources

Des crédits de 19,1 millions de dollars sont prévus pour soutenir la diversification de l’économie régionale et pousser plus loin la transformation des ressources.

Ainsi, un fonds spécial de 4 millions de dollars est créé afin de soutenir les projets du milieu, notamment les activités de recherche et développement, les projets d’investissement et les études et analyses en vue d’évaluer de nouveaux créneaux.

« Cette mesure devrait générer des investissements de l’ordre de 16 millions de dollars en trois ans et contribuer à créer 300 emplois de haut niveau », a indiqué M. Landry. Pour sa part, M. Baril s’est dit convaincu que la région, déjà engagée dans le développement de ses créneaux d’excellence que sont la mariculture, le tourisme, les biotechnologies et les produits du terroir, saura tirer son épingle du jeu.

De plus, 4,4 millions de dollars sont réservés à la transition de l’économie régionale vers une économie davantage axée sur le savoir. Trois secteurs seront appuyés prioritairement soit : les ressources, sciences et technologies marines, ensuite l’énergie éolienne et enfin les sciences et techniques environnementales. Concrètement, ces interventions pourront se traduire par des subventions à des centres de recherche, la mise en place d’organismes de valorisation des technologies et l’évaluation du potentiel de certaines niches.

Des crédits additionnels de 10,7 millions de dollars serviront à soutenir la diversification de l’agriculture régionale, la deuxième et troisième transformation des produits agricoles et du bois, l’offre de produits touristiques et permettre à la région de tirer une meilleure part de ses richesses sur les plans de la nature et de la faune.

Miser sur la PME

Le premier ministre et le ministre d’État aux Régions ont insisté sur le rôle déterminant des PME dans la Relance. Les moyens mis à la disposition des entreprises sont considérables, à commencer par l’impôt zéro pour les PME manufacturières et le crédit d’impôt remboursable pour les activités de deuxième et troisième transformation. Ces deux mesures et divers autres incitatifs fiscaux totalisent un engagement en faveur de la région pouvant atteindre 31 millions de dollars au cours des trois prochaines années.

« Avec les crédits fiscaux à la mariculture, au secteur éolien, à la transformation des produits marins et aux biotechnologies marines, que nous avons annoncés en novembre dernier, la région est certainement une des mieux équipées sur le plan des mesures fiscales », a déclaré M. Landry. Enfin, 14,3 millions de dollars sont destinés aux entreprises dont 10,7 pour soutenir plus efficacement l’entrepreneuriat et faciliter le financement des PME. Plusieurs mesures sont prévues à cet effet, notamment, la mise en place de Capital régional et coopératif Desjardins; l’augmentation du volume de prêts de Garantie-Québec aux PME; un soutien accru aux femmes entrepreneures et à l’embauche de jeunes diplômés.

Les Centres locaux de développement (CLD) de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine recevront quant à eux 3,6 millions de dollars additionnels pour accentuer leur action auprès des entreprises, des milieux ruraux et du secteur de l’économie sociale.

Consolider les emplois et assurer la pérennité des ressources forestières

L’effort additionnel pour favoriser la croissance économique du secteur des ressources totalise 26,8 millions de dollars.

Des crédits de 15,7 millions de dollars sur trois ans seront réservés pour assurer la poursuite du programme de mise en valeur des ressources forestières. Ce programme qui permet, notamment, l’accroissement du rendement des forêts ainsi que leur aménagement à des fins récréotouristiques, est particulièrement important en Gaspésie pour assurer la pérennité de la ressource forestière et développer le potentiel de tourisme de nature et d’aventure dans la région.

Le programme de création d’emplois en forêt sera maintenu afin de préserver la qualité et la formation des travailleurs en milieux sylvicoles, 6,9 millions de dollars seront consacrés à cette fin cette année, ce qui entraînera la création de 165 emplois dont les premiers contingents seront à l’œuvre dès le mois de mai. Diverses autres mesures, notamment en faveur de l’exploration minière seront précisées ultérieurement.

Mentionnons enfin que, dès les prochaines semaines, différents projets se mettront en branle dans le cadre du programme de création d’emplois municipaux propre à la Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine. « Les 3 millions de dollars prévus à cette fin dans le plan de Relance s’ajouteront à l’effort concerté d’autres partenaires, dont Emploi-Québec, votre CRCD et vos municipalités, pour générer des investissements de 16 millions de dollars dans l’amélioration des infrastructures publiques, principalement à des fins récréotouristiques et environnementales », a indiqué M. Baril.

La force de l’action viendra de la concertation

Prenant appui sur les succès de la première phase de la Relance, le premier ministre a invité tous les partenaires locaux et régionaux à unir leurs forces pour faire naître et soutenir de nouveaux projets. « Ce que vous avez accompli ici, en terme de concertation, est remarquable, et cela sert d’inspiration à d’autres régions », a-t-il déclaré. « Avec cette deuxième phase, nous mettons de nouveaux moyens à votre disposition, mais, plus encore, nous travaillons avec vous à ce que tous les ministères, et les grands organismes financiers de l’État œuvrent dans le même sens », a conclu le premier ministre Landry.

- 30 -


Mise en ligne : 30 avril 2001


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017