Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Lettre à M. Jean Chrétien

Québec, le vendredi 15 septembre 2000 - Voici la lettre que le premier ministre du Québec, M. Lucien Bouchard, a fait parvenir aujourd’hui à son homologue, le premier ministre du Canada, M. Jean Chrétien, concernant les mesures à prendre pour mieux lutter contre le crime organisé et l’adoption d’une législation antigang efficace.

Le très honorable Jean Chrétien
Premier ministre du Canada
Édifice Langevin
80, rue Wellington
Ottawa (Ontario)
K1A 0A2

Monsieur le Premier Ministre,

En début de semaine, lors de la conférence des ministres responsables de la Justice qui s’est tenue à Iqaluit, le ministre de la Sécurité publique du Québec insistait auprès de ses collègues sur l’importance de la lutte au crime organisé et leur signalait à quel point celle-ci devait être considérée comme la priorité immédiate de l’ensemble des intervenants du système judiciaire. D’ailleurs, au cours des dix derniers mois, le leadership du Québec au sein de ce forum a permis la mise en œuvre d’un plan d’action pour la lutte contre ce fléau.

Le Québec consacre d’importantes ressources à la lutte au crime organisé. Malheureusement, malgré la création d’escouades policières spécialisées, la mise en place d’un bureau de lutte aux produits de la criminalité et des investissements annuels de l’ordre de 100 millions de dollars de la part du gouvernement du Québec et de ses partenaires, les associations de criminels continuent de poser des gestes inqualifiables.

Cette situation commande toute l’attention de nos deux gouvernements, à défaut de quoi les principes de base de notre société de droit pourraient être remis en question. J’ai demandé à la ministre de la Justice et au ministre de la Sécurité publique du Québec, responsables de ce dossier, de prendre toutes les mesures pour accélérer les travaux déjà entrepris et mettre en place des solutions concrètes et immédiates visant à éradiquer ces groupes de criminels.

Les ministres de la Justice et de la Sécurité publique du Québec ont à de nombreuses reprises, notamment lors de cette conférence, soulevé la pertinence de définir et d’adopter des dispositions particulières pour mieux lutter contre les organisations criminelles et donc de disposer d’une législation antigang efficace. Comme vous le savez, de telles dispositions relèvent du droit criminel qui est de compétence exclusive du gouvernement fédéral. À cet égard, j’ai pris connaissance de vos commentaires sur cette dernière demande du ministre de la Sécurité publique. Ceux-ci me semblent constituer une réponse bien légère compte tenu de la gravité de la question et de l’état de la situation au Québec, mais également ailleurs au Canada. Il est impératif que ce dossier soit traité immédiatement et avec la plus grande attention par le gouvernement fédéral. En conséquence, nous vous réitérons notre collaboration immédiate et complète.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma haute considération.

Lucien Bouchard


- 30 -


Mise en ligne : 15 septembre 2000


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017