Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Consensus au Sommet du Québec et de la jeunessePour une politique jeunesse porteuse d’espoir

Québec, le jeudi 24 février 2000 - Le Québec se dotera au cours de la prochaine année, dans l’esprit et la foulée du Sommet du Québec et de la jeunesse, d’une politique jeunesse à la fois globale et inclusive. Cette politique visera à définir, à moyen et long termes, les grandes orientations « jeunesse  » de la société québécoise et à coordonner les actions de tous les intervenants en cohérence avec elles.

Le premier ministre du Québec, M. Lucien Bouchard, a confirmé cet engagement du gouvernement à l’issue du Sommet du Québec et de la jeunesse où le projet d’une politique jeunesse a fait l’objet d’un large consensus de la part des participantes et des participants. Toutes les interventions, et pas seulement celles des groupes jeunes, sont venues appuyer fortement les recommandations du Conseil permanent de la jeunesse et des autres groupes jeunesse qui s’étaient faits les porteurs du projet.

« La jeunesse du Québec a besoin d’une politique globale avec des assises solides, élaborée dans le respect de la diversité culturelle et des particularités régionales. Il faut donc se réjouir de la force de l’appui manifesté par l’ensemble des secteurs de la société civile à l’endroit de cette mesure », a déclaré M. Bouchard.

Le premier ministre, qui était accompagné du ministre d’État à l’Éducation et à la Jeunesse, M. François Legault, a indiqué que l’éducation, l’emploi et la lutte à l’exclusion, autant de préoccupations qui ont dominé le Sommet, seront également au cœur de ce projet de politique.

La future politique tiendra compte de l’ensemble des préoccupations des jeunes. Ainsi, des réflexions seront menées dans le cadre de son élaboration, notamment, sur :

  • la participation des jeunes à la société et aux prises de décisions;

  • la promotion de la santé et la prévention des problématiques à l’origine de la détresse de certains jeunes;

  • la valorisation des loisirs et des sports;

  • la mobilité des jeunes au Québec et dans le monde;

  • le développement durable comme richesse à transmettre aux générations futures.

« Nous entendons donner suite à cet engagement au cours de la prochaine année en y associant de près les organismes jeunes, dont le Conseil permanent de la jeunesse, et les différents partenaires de la société civile », a indiqué M. Bouchard. En matière de jeunesse comme dans plusieurs autres domaines, l’État ne peut agir seul, d’autant plus qu’une des grandes retombées d’une telle politique est de permettre de mieux définir ou redéfinir le partage des rôles et des responsabilités de chacun des partenaires.

« Une politique jeunesse est par essence porteuse de renouveau et d’espoir pour les jeunes. Elle doit aussi favoriser la solidarité entre les différents groupes de jeunes, de toutes origines, entre les différentes générations et envers les générations futures », ont conclu MM. Legault et Bouchard.


- 30 -


Mise en ligne : 24 février 2000


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017