Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

L’Ordre national du Québec accueille des nouveaux membres

Québec, le vendredi 14 avril 2000 - Le premier ministre du Québec, M. Lucien Bouchard, annonce la nomination de vingt-neuf (29) personnalités à l’Ordre national du Québec pour souligner le caractère exceptionnel de leurs réalisations et leur contribution à l’épanouissement du Québec.

Mme Marcelle Ferron, MM. Charles Taylor et Gilles Vigneault sont nommés Grands Officiers.

Mmes Denise Filiatrault, Lise Watier, MM. André Bérard, Louis Bernard, Paul Cartier, Paul-André Crépeau, Réjean Ducharme, Jean-H. Dussault, Ronald Melzack, Hartland de Montarville Molson, Gilles Pigeon, David J. Roy et Richard Verreau sont nommés Officiers.

Mmes Denise Bombardier, Sœur Jeanne d’Arc Bouchard, Germaine Huot, Monique Lecours, Julie Payette, Léa Roback, MM. Louis Dionne, Richard Garneau, John Joseph Jonas, Gilles Lamontagne, Claude Le Sauteur, Clément Marchand et Ben Weider sont nommés Chevaliers. M. Jean-Marie de Koninck, nommé Chevalier en 1999, recevra son insigne au cours de cette cérémonie.

Rappelons que les nominations à l’Ordre national du Québec sont faites par décret du gouvernement sur avis favorable du Conseil de l’Ordre. Le Conseil de l’Ordre a reçu cette année 236 candidatures à la suite d’un appel public lancé à l’automne 1999.

La cérémonie se déroulera à la Salle du Conseil législatif le 25 mai prochain.

PRÉSENTATION DES MEMBRES
DE L’ORDRE NATIONAL DU QUÉBEC

Grands Officiers

Marcelle Ferron
Artiste peintre, sculpteure et verrière, son activité artistique n’a de cesse depuis la signature du manifeste du Refus global en 1948. Une rétrospective de son œuvre est d’ailleurs prévue pour l’an 2000. Elle est une artiste qui a du souffle, l’une des plus grandes en peinture au Québec, qu’un large public peut apprécier dans ses grandes fresques : celle du métro de Montréal notamment et de plusieurs édifices publics. Mme Ferron est Chevalier de l’Ordre depuis 1985 et a été membre du Conseil de l’Ordre de 1987 à 1993.

Charles Taylor
Professeur émérite de philosophie de l’Université McGill, il est une figure de proue tant dans le monde des lettres que celui de la philosophie. Bien que sa formation appartienne à la tradition de la philosophie analytique d’Oxford, Taylor la transcende et l’applique à la philosophie existentielle et à la phénoménologie. Ses efforts constants pour un rapprochement des cultures sont traduits notamment dans son ouvrage Rapprocher les solitudes (1992) qui résume parfaitement son œuvre.

Gilles Vigneault
Poète, auteur, compositeur, interprète et éditeur, il est l’un de ceux qui ont le plus marqué le Québec dans l’expression de son identité culturelle et dans sa projection dans la francophonie. Les textes de Vigneault sont à la mesure de l’espace géographique et mythique du Québec et ont pour source première son Natashquan natal. Il est Chevalier de l’Ordre depuis 1985.

Officiers

Denise Filiatrault
Comédienne, auteure, scénariste, metteure en scène, cinéaste, elle a conquis de haute lutte sa reconnaissance dans le monde du théâtre et aborde le cinéma avec la même détermination. Une carrière extraordinairement dense qui témoigne de sa grande vitalité, de son sens de la théâtralité et de sa passion pour les arts de la scène.

Lise Watier
Elle a bâti une entreprise de cosmétiques et a su se positionner dans une industrie où la concurrence américaine et européenne est très forte. Si plusieurs de ses produits ont été conçus à l’étranger, c’est ici qu’ils ont été manufacturés et mis en marché. Lise Watier est un modèle de succès pour les femmes d’ici et pour la relève de son entreprise.

André Bérard
Président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada depuis 1989, il en a gravi tous les échelons. La présidence d’André Bérard a également été marquée par de nombreuses acquisitions qui ont permis à l’institution financière montréalaise d’étendre ses activités au secteur des valeurs mobilières, des produits fiduciaires et des produits d’assurance. Il est aussi un acteur de premier plan dans le développement économique du Québec par le financement des PME.

Louis Bernard
Avocat de profession, il devient chef du cabinet du premier ministre du Québec en 1976 et, en 1977, secrétaire général associé à la réforme électorale et parlementaire, secrétaire général du gouvernement de 1978 à 1986, puis de 1994 à 1995. Il a su s’imposer par son respect de la priorité du service aux citoyens et par son souci d’efficacité de l’activité gouvernementale. Son ouvrage Réflexions sur l’art de se gouverner témoigne de sa probité.

Paul Cartier
Sa carrière en chirurgie cardiovasculaire s’étend sur un demi-siècle de l’histoire de l’Hôtel-Dieu de Montréal. Il a aussi fondé le service de chirurgie cardiaque pédiatrique à l’Hôpital Sainte-Justine. Plusieurs de ses interventions chirurgicales ont été des premières au Canada de sorte qu’il est devenu un chef de file en chirurgie vasculaire tant au niveau national qu’international.

Paul-André Crépeau
Professeur émérite de la Faculté de droit, il a joué un rôle de premier plan dans l’enseignement du droit au Québec. C’est en droit civil fondamental que M. Crépeau a fait sa marque. Par sa direction du comité de rédaction du Dictionnaire de droit privé et par ses écrits, il est l’autorité première sur la tradition civiliste au Québec. En 1975, il fonde le Centre de recherche en droit privé du Québec qui a notamment permis la publication du Traité de droit civil. La communauté juridique reconnaît son apport à la réforme du Code civil actuel.

Réjean Ducharme
Chacune de ses publications crée un événement littéraire de première importance : L’Avalée des avalés (1966), Le Nez qui voque (1967), Dévadée (1990), Va savoir (1994) et Gros mots (1999) traduisent une puissance d’évocation dramatique dans un langage unique. Il a écrit des textes de chansons pour les artistes Robert Charlebois et Pauline Julien. Plusieurs compagnies ont produit ses pièces au théâtre, et deux scénarios de films ont été portés à l’écran.

Jean-H. Dussault
Professeur titulaire à la Faculté de médecine de l’Université Laval, il a mis au point un test de dépistage de l’hypothyroïdie congénitale pour tous les nouveau-nés du Québec. Ce test est maintenant utilisé à travers le monde et permet de faire un dépistage précoce chez les nouveau-nés et de les sauver d’un retard mental irrémédiable. Les travaux du Dr Dussault lui ont permis d’obtenir plusieurs prix prestigieux, dont le prix ISNS-Wallace Robert Gutherie en 1999. Mentionnons qu’en 1992 il a été mis en nomination au prix Nobel de médecine.

Ronald Melzack
Pionnier dans le domaine de la recherche sur la douleur, qui est devenue l’un des concepts fondamentaux pleinement intégrés aux théories de la douleur et de l’analgésie. Le développement du McGill Pain Questionnaire est considéré aujourd’hui l’instrument de mesure de la douleur le plus utilisé au monde. L’importance de ses travaux sur la douleur et son traitement ont été reconnus par de nombreux prix prestigieux.

Hartland de Montarville Molson
Président honoraire et membre du bureau de direction de la Brasserie Molson, sa carrière est marquée par son intérêt pour le sport, notamment pour le Club du Canadien de Montréal. Élu au Sénat en 1955, il est aussi membre de plusieurs conseils d’administration et apporte son appui financier à plusieurs organismes sociaux ou sportifs.

Gilles Pigeon
Médecin, néphrologue, humaniste, réformateur de la pédagogie médicale, il est le « père de la Faculté de médecine de Sherbrooke », comme on se plaît à le reconnaître en Estrie. Cette réforme de la pédagogie médicale a fait école et fut adoptée par de nombreuses facultés depuis. L’orientation communautaire de la faculté a porté ses fruits par une approche plus humaniste de la médecine.

David J. Roy
Il est l’initiateur de la bioéthique au Québec et au Canada. C’est en 1976 qu’il a fondé le Centre de bioéthique à l’Institut de recherches cliniques de Montréal. D’abord mathématicien, le Dr Roy a fait des études en théologie, notamment auprès du célèbre théologien jésuite Karl Rahner, pour obtenir un doctorat en théologie. Il a également complété une maîtrise en philosophie de l’Université Angelicum à Rome. Professeur puis chercheur titulaire à l’Université de Montréal, il dirige entre autres le Réseau de recherche en éthique clinique du FRSQ, qu’il a fondé en 1993.

Richard Verreau
Ténor, il a connu de retentissants succès qui lui ont valu rapidement une renommée internationale. Il a participé à des concerts et opéras tels que Faust, La Bohème et Madame Butterfly, sous l’égide de la Société Radio-Canada. Il a été premier ténor du New York City Opera puis au Royal Opera House de Covent Garden à Londres. À Paris, il a chanté La Damnation de Faust, l’œuvre fut endisquée par Deutsche Grammophon, et reçut le Grand Prix du disque de France en 1961. Il a participé aux productions de l’Opéra de Québec, de Montréal et de Toronto ainsi qu’à de nombreux festivals. Il fut acclamé au Metropolitan Opera de New York. En 1999, une bourse Richard-Verreau a été créée en hommage à ce célèbre ténor.

Chevaliers

Denise Bombardier
Depuis plus de 25 ans, elle conçoit et anime des émissions de télévision de très grande qualité. Ses reportages, entretiens ou entrevues la placent en tête de sa profession tant par la précision de la langue, la clarté des idées que par l’intensité du questionnement. Son rayonnement dans la francophonie internationale fait honneur au Québec. Elle a collaboré au Journal le Monde, à L’Express; elle a publié La voix de la France, un essai paru chez Laffont en 1975, et est l’auteure de six romans.

Jeanne-d’Arc Bouchard
Religieuse Augustine de la Miséricorde de Jésus de Roberval, sœur Bouchard est aussi infirmière. Elle a fait œuvre de pionnière en matière de réadaptation des personnes alcooliques et toxicomanes. Sœur Bouchard a mis sur pied le premier programme pour aider les personnes atteintes et leurs proches à l’unité de réadaptation Saint-Antoine de l’Hôtel-Dieu de Roberval. L’équipe qu’elle a formée assure la pérennité de son œuvre.

Germaine Huot
Elle est l’une des pionnières de l’orthophonie et de l’audiologie au Québec. En 1956, elle a participé à la création du premier programme de formation de maîtrise à l’Université de Montréal et l’a dirigé jusqu’en 1961. Femme engagée, elle n’a pas hésité à parcourir le Québec pour la création de nouveaux services d’orthophonie. L’Ordre des orthophonistes et audiologistes a créé le prix Germaine-Huot pour reconnaître l’excellence des réalisations professionnelles dans ce domaine.

Monique Lecours
Avicultrice, maraîchère et instigatrice de la vente au détail, elle devient, en 1980, partenaire de la ferme Lecours-Bernard inc. Fondatrice de l’Association de promotion et de reconnaissance du travail des collaboratrices dans l’entreprise familiale, elle a participé à la création de la Fédération des agricultrices du Québec. Sa feuille de route est exemplaire tant par le nombre de fonctions qu’elle a assumées au sein de sa communauté que par son engagement pour faire une place aux femmes dans l’agriculture.

Julie Payette
Ingénieure, astronaute, elle est la première Québécoise à avoir effectué une mission spatiale. L’exploit a été largement médiatisé. Il y a plus, cette jeune femme fournit à la jeunesse un modèle de rigueur, de simplicité et de ténacité dans la poursuite d’un idéal.

Léa Roback
Née au Québec de parents polonais, elle est devenue syndicaliste et elle a milité contre l’exclusion, la violence, le racisme et l’injustice. Elle fut de toutes les luttes, notamment celle pour l’obtention du droit de vote des femmes. Encore récemment, elle dénonçait la vente des jouets violents. Malgré son âge, elle assiste chaque année à l’attribution des bourses de la fondation créée à son nom et dédiée à l’éducation des jeunes femmes, de l’alphabétisation au premier cycle universitaire.

Louis Dionne
Au sommet d’une fructueuse carrière de chirurgien et de professeur, le Dr Louis Dionne a enrichi le Québec d’une œuvre exemplaire. Il a mené durant 17 années une lutte acharnée pour la création de la Maison Michel Sarrazin, havre de paix qui accueille gratuitement les cancéreux en phase terminale. Première du genre au Canada et dans le monde francophone, cette maison exerce un grand impact social et humanitaire, on y vient de partout pour étudier ses méthodes et sa philosophie. Le Dr Dionne est aussi président-fondateur de l’Association québécoise des soins palliatifs.

Richard Garneau
Sa carrière couvre presque toute l’histoire de la télévision en sports au Québec. Animateur passionné tant dans la description d’un match de hockey que la couverture des Jeux olympiques, Richard Garneau a porté haut et loin le respect de la langue française avec brio et rigueur. Auteur de cinq ouvrages, il dépeint avec finesse l’histoire de la télévision sportive du Québec.

John Joseph Jonas
Il est un chef de file dans le domaine de la recherche sur la mise en forme des métaux à l’état solide et plus particulièrement des aciers. Sa renommée a contribué à reconnaître l’Université McGill comme un centre de recherche spécialisé et a conduit les sociétés productrices d’acier du monde à soutenir la recherche du Québec. Son travail a abouti à de réelles améliorations de l’efficacité des procédés de laminage au moment où l’industrie sidérurgique mondiale avait de sévères difficultés économiques. Auteur prolifique, il a aussi assuré l’ouverture de plusieurs colloques scientifiques internationaux.

Gilles Lamontagne
Maire de Québec de 1965 à 1977, il a aussi été président de l’Union des municipalités du Québec. Élu député à la Chambre des communes en 1977, il fut secrétaire parlementaire du ministre de l’Énergie, des Mines et des Ressources puis ministre des Postes en 1978. Il est nommé ministre de la Défense nationale et ministre des Affaires des anciens combattants. En 1984, il devient lieutenant-gouverneur du Québec jusqu’en 1990.

Claude Le Sauteur
Peintre, il est enraciné dans la région de Charlevoix qu’il affectionne et qui l’inspire. Impliqué par le biais d’encans et de publications de sérigraphies à de nombreuses activités bénéfices, il a participé à de nombreuses expositions, seul ou en groupe, à la Bibliothèque nationale à Ottawa, à celle de Québec et au Centre culturel canadien à Paris. Plusieurs de ses œuvres picturales font l’objet de collections privées.

Clément Marchand
Devenu journaliste à 19 ans, sa carrière fait le pont à celle d’imprimeur et éditeur puisqu’il a publié près de 300 ouvrages historiques et littéraires. Nérée Beauchemin a corrigé ses textes, Albert Tessier l’a accueilli à la Société royale du Canada et Alfred Desrochers a entretenu une correspondance avec lui de 1931 à 1949. Les Olivar Asselin, Raymond Douville, François Hertel et Claude-Henri Grignon lui ont permis d’entrer dans la littérature du Québec. Il avait 20 ans lorsqu’il a écrit Les soirs rouges, considéré comme un joyau d’art poétique et d’une précocité littéraire hors du commun.

Ben Weider
Le sport a fait partie intégrante de sa vie. Il a supporté et contribué au développement des programmes de culture physique partout dans le monde par des dons de gymnases des plus modernes avec des équipements et des appareils de haute technicité. Fasciné par Napoléon Bonaparte, il est aussi l’auteur d’ouvrages sur l’empereur, qui ont été traduits en quinze langues et vendus à plus de un demi-million de copie. Une exposition sur Napoléon a été rendue possible grâce à la contribution de M. Weider en 1999

- 30 -


Mise en ligne : 14 avril 2000


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017