Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Dossier des pêches :Le premier ministre du Québec demande à son homologue fédéral une solution juste, équitable et durable dans le respect des parts du Québec

Québec, le vendredi 4 septembre 1998 -

Québec, le 3 septembre 1998

Monsieur Jean Chrétien
Premier ministre
Édifice Langevin
Bureau 231-A
Ottawa (Ontario) K1A 0A2

Monsieur le Premier Ministre,

Comme vous le savez, l’industrie québécoise des pêches et la population des communautés maritimes concernées ont été fortement affectées par les récentes décisions de votre gouvernement, particulièrement dans la répartition des contingents de la crevette du Nord, du flétan noir et de la morue du golfe du Saint-Laurent. Le fort mouvement d’insatisfaction et les préoccupations légitimes exprimées par les gens du milieu m’amènent à vous demander d’intervenir dans ce dossier afin qu’une solution juste, équitable et durable soit mise en place.

Au cours des trois derniers mois et surtout des dernières semaines, l’est du Québec a été secoué par des manifestations publiques qui trouvent leur fondement dans le manque d’équité qui semble avoir guidé les décisions de votre gouvernement. Nos pêcheurs, comme mon gouvernement, restent convaincus que le traitement qui leur est réservé ne tient pas compte du respect des parts historiques du Québec et de leurs modes traditionnels de pêche, conditions essentielles d’une gestion efficace de cette importante activité économique.

Par ailleurs, à court terme, une solution satisfaisante doit être trouvée relativement au plan de pêche à la morue dévoilé le 18 août dernier. Une révision du pourcentage des prises accordées aux pêcheurs du Québec utilisant des engins fixes m’apparaît incontournable compte tenu de la quote-part historique du Québec. Le pourcentage de 25 % accordé au Québec par le ministère fédéral des Pêches et des Océans se trouve bien loin du pourcentage historique de 61 %.

Les dernières décisions du gouvernement fédéral, en particulier celle du 18 août dernier, se révèlent inacceptables. Les pêcheurs et l’industrie en général demandent le respect des quotes-parts historiques du Québec et la prise en compte de cette réalité par le ministère fédéral des Pêches et des Océans. Je désire faire miennes ces revendications légitimes.

Si rien n’est fait, il est à craindre que l’inquiétude et le désarroi des populations touchées puissent laisser place au découragement. Je ne peux accepter cette alternative.

Au nom de l’équité et du respect des acquis historiques du Québec, je vous demande d’intervenir efficacement afin que soient réparées les erreurs commises.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’assurance de ma très haute considération.

Lucien Bouchard


- 30 -


Mise en ligne : 4 septembre 1998


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017