Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Bilan de Mission Québec en Chine : Une valeur totale de 1,19 milliard $ d’ententes et de contrats, 1 715 emplois, 425 millions $ en retombées pour le Québec plus une importante extension de la présence québécoise en Chine et en Asie du sud-est

Shanghai, le mardi 11 novembre 1997 - Le premier ministre du Québec, M. Lucien Bouchard, a tracé aujourd’hui, à Shanghai, le bilan des douze jours de la plus importante mission commerciale que le Québec ait jamais organisée à l’étranger. M. Bouchard a fait savoir qu’un suivi étroit des initiatives et des annonces découlant de la mission sera assuré.

Il a annoncé que le gouvernement du Québec, qui compte aujourd’hui un seul attaché commercial à Beijing, aura bientôt au moins quatre représentants sur le territoire chinois. Le chef de poste du Québec en Chine et son adjoint détiendront dorénavant un statut diplomatique, puisqu’ils seront logés à l’ambassade du Canada à Beijing, dès que les détails pratiques auront été négociés, selon l’accord de principe conclu avec l’ambassade du Canada. « Dans un pays comme la Chine, il nous est apparu plus avantageux pour les intérêts du Québec et de ses entreprises de loger notre chef de poste au sein de l’ambassade », a déclaré le premier ministre. Un attaché commercial québécois continuera à oeuvrer au sein des bureaux du Conseil Commercial Canada Chine (CCCC) à Beijing, comme c’est le cas en ce moment.

CRÉATION D’UN GROUPE INTERMINISTÉRIEL DE SUIVI DE MISSION QUÉBEC

À Shanghai, un attaché commercial prendra place, soit dans les locaux de la Banque nationale, soit dans ceux du CCCC. Le printemps prochain, à la suite d’une mission québécoise de suivi au Liaoning, une décision sera prise quant à l’opportunité de désigner un attaché commercial responsable de cette province et de la région. Pour sa part, Hydro-Québec International décidera d’ici quelques mois si l’augmentation de ses activités en Chine nécessite la présence d’un représentant permanent à Beijing.

Monsieur Bouchard a également désigné un comité interministériel formé du ministère des Relations internationales et du ministère de l’Industrie, du Commerce, de la Science et de la Technologie pour assurer le suivi de Mission Québec. Il a aussi rendu public un calendrier des activités qui seront réalisées, en Chine et au Québec, au cours de la prochaine année. Le comité travaillera de concert avec le groupe de suivi des gens d’affaires constitué à l’initiative des participants de Mission Québec. « Ce que Mission Québec a accompli depuis 12 jours est très précieux, a déclaré le premier ministre. Avec 200 gens d’affaires, nous avons fait sentir la présence du Québec, nous avons fait connaître la qualité de nos produits et le dynamisme de nos entreprises, de notre culture et de nos institutions. Nous avons déjà identifié un grand nombre de partenaires et ciblé des projets. Il faut profiter de cet élan et faire en sorte que le bilan de Mission Québec s’accroisse au fil des mois et des années qui viennent. »

Le groupe interministériel de suivi de Mission Québec se voit notamment confier la responsabilité de faire rapport au gouvernement des étapes de réalisation des divers projets conclus au cours de la visite. Ce groupe effectuera, en mars prochain, une mission dans les villes chinoises visitées par Mission Québec (Beijing, Shenyang, Dalian et Shanghai) afin de vérifier l’état d’avancement des ententes et des contrats conclus en Chine par les entreprises et les institutions québécoises.

NOMINATION D’UN COORDONNATEUR POUR L’ASIE DU SUD-EST

Le premier ministre a également annoncé un renforcement de la présence québécoise en Asie du Sud-Est, avec la désignation d’un conseiller québécois chargé de la coordination des cinq attachés commerciaux dans cette partie du monde pour la promotion des secteurs d’excellence du Québec. Ce conseiller, aidé d’un attaché commercial, sera basé à Kuala Lumpur, en Malaisie, une position géographique avantageuse, où, par surcroît, notre volume d’affaires est en expansion. Ce conseiller coordonnera l’action des attachés commerciaux dont le Québec dispose déjà à Bangkok, Jakarta, Manille, Taipei et bien sûr, Kuala Lumpur. Notons que le Québec dispose également d’une délégation générale à Tokyo et que la Caisse de dépôt et placement est présente à Hanoi.

BILAN ÉCONOMIQUE DE MISSION QUÉBEC

Au cours de Mission Québec en Chine, la valeur totale des contrats, des ententes et des annonces atteint 1,19 milliard de dollars. Les retombées économiques directes de ces signatures au Québec sont évaluées à 425 millions de dollars, soit plus du double de nos exportations actuelles vers la Chine. Les retombées économiques des contrats fermes signés en Chine s’élèvent à 89 millions de dollars et permettront de créer, à elles seules, au moins 520 emplois au cours des trois prochaines années. « Au bas mot, a souligné le premier ministre, avec les 1 715 emplois que l’effort total permettra de créer au Québec d’ici trois ans, nous considérons avoir effectué de l’excellent travail pour l’économie québécoise et pavé la voie aux projets des entreprises qui effectuaient pour la première fois une mission en Chine. »

Ainsi, le secteur des télécommunications et des technologies de l’information s’est favorablement positionné sur le marché chinois avec la signature d’une dizaine de contrats et ententes pour une valeur de 49 millions $ (incluant les annonces ) alors que le secteur énergie et ingénierie, parmi les plus compétitifs de l’économie québécoise, en a décroché dix, dont la valeur totale de 909 millions de dollars représente plus de 75 % de tout ce qui a été signé au cours de Mission Québec.

Les entrepreneurs du secteur agroalimentaire, qui ont fait en Chine la promotion de leurs compétences technologiques permettant de produire en serres, à des coûts extrêmement compétitifs, des aliments de qualité, ont signé cinq ententes et contrats, pour une valeur de 24 millions $ (incluant les annonces) avec des partenaires chinois. Ils se sont également taillés une place sur le marché des produits de réfrigération et dans l’exportation du porc et de la technologie de reproduction porcine.

Nos entrepreneurs de la construction ont décroché neuf contrats, ententes et annonces dont la valeur atteint 192 millions de dollars.

Les institutions québécoises du secteur de l’éducation et de l’industrie culturelle effectuent une percée dans l’Empire du milieu par la signature d’ententes et de contrats significatifs qui permettront notamment au Cirque du Soleil de présenter plusieurs spectacles à Shanghai, en l’an 2000. C’est un contrat qui permettra de créer 130 emplois au Québec et 125 emplois à Shanghai au cours de la tournée. Les diverses rencontres entre le Musée de la civilisation de Québec et le Musée de Xian permettront aux gens du Québec d’admirer les trésors de Xian lors d’une exposition qui aura lieu en 1999 dans notre capitale. Des pourparlers sont en cours avec le Musée de Shanghai pour la présentation, au début de la prochaine décennie, d’une exposition de leurs collections et de celle à Shanghai d’une exposition sur l’art Inuit.

Les universités Laval et McGill ainsi que le Regroupement des Cégeps du Montréal métropolitain ont pour leur part signé des ententes dans les secteurs de l’enseignement du français et de la formation professionnelle et de cadre à Dalian et Shanghai. Il y aura échanges d’étudiants, de professeurs et d’information entre les bibliothèques, notamment dans le secteur scientifique.

Les entreprises québécoises du transport ont quant à elles signé et annoncé trois contrats et ententes dans la technologie de pointe, notamment par la vente de simulateurs de vol.

DES RENCONTRES MULTIPLES ET D’ÉNORMES POSSIBILITÉS POUR NOS ENTREPRISES

Mission Québec aura notamment permis que chacune des entreprises québécoises participantes puissent rencontrer entre 15 et 20 partenaires chinois potentiels au cours des quatre sessions de maillage organisées dans le cadre de la mission et auxquelles ont participé plus de 1 400 représentants d’entreprises et d’institutions chinoises. À cela s’ajoutent les rencontre effectuées pendant la cinquantaine de visites industrielles, celles impromptues et celles effectuées entre nos propres entreprises qui se sont côtoyées pendant toute la durée de la mission et sont difficilement quantifiables.

DES RENCONTRES AVEC DES DÉCIDEURS CLÉS

Au cours de sa visite, le premier ministre du Québec a eu l’occasion, à dix reprises, de s’entretenir avec des décideurs clés, notamment le vice-premier ministre de la Chine, monsieur Jiang Chunyun, le gouverneur du Liaoning, les ministres chinois du Commerce extérieur, des Ressources hydriques et de l’Énergie ainsi qu’avec les maires de Dalian et de Shanghai. Le ministre d’État aux Ressources naturelles, M. Guy Chevrette, a également rencontré une dizaine de hauts responsables, principalement dans les secteurs de l’énergie et des télécommunications.

M. Bouchard a ainsi conclu une entente de coopération avec le gouverneur de la province du Liaoning et convenu de la mise sur pied d’un groupe de travail conjoint en matière de coopération économique et commerciale qui aura pour mandat d’accélérer la mise en œuvre des projets signés à Shenyang et Dalian au cours de Mission Québec. Ce groupe de travail, qui se réunira alternativement une fois l’an au Québec et au Liaoning, a pour mandat d’identifier les projets et leurs modalités de financement, définir les échéances et d’assurer leur réalisation.

À Shanghai, le premier ministre a convenu avec le président de la Commission chinoise pour la Science et la technologie de Shanghai de déterminer des secteurs majeurs de collaboration, soit les technologies de l’information, la biotechnologie pharmaceutique et les parcs technologiques. Un groupe de travail de haut niveau a été mis sur pied sous la direction conjointe du ministère québécois de l’Industrie, du Commerce, des Sciences et de la Technologie et de la Commission pour la science et la technologie de Shanghai, dont deux membres se rendront au Québec à la fin du mois de novembre.

À Beijing, le gouvernement du Québec a signé un protocole d’entente avec le ministère chinois des Ressources hydriques pour créer un comité directeur de travail conjoint d’approbation accélérée ayant pour mandat d’identifier les projets prioritaires chinois, particulièrement dans le domaine énergétique.


- 30 -


Mise en ligne : 11 novembre 1997


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017