Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

La formation du Conseil des ministres : Lucien Bouchard imprime un changement en profondeur au gouvernement du Québec

Québec, le lundi 29 janvier 1996 - Dans son discours d’assermentation, le nouveau premier ministre du Québec, M. Lucien Bouchard, a qualifié son gouvernement de « taillé sur mesure pour les défis qui se présentent aux Québécois cette année. La sélection des talents et l’organisation du gouvernement, a-t-il souligné, ont été totalement dictés par l’effort que les Québécois et les Québécoises devront consentir, dans les mois qui viennent, essentiellement dans trois grands secteurs que sont l’emploi et l’assainissement des finances publiques, l’éducation et la culture, ainsi que les régions. »

Au niveau économique, le premier ministre a expliqué qu’ afin de mener à bien l’effort de réduction des dépenses et l’action gouvernementale en faveur de l’emploi, le gouvernement s’est doté d’un grand ministère de l’Économie et des Finances dont relèveront deux ministres délégués, ceux du Revenu et de l’Industrie et du Commerce.

Il a aussi nommé un ministre d’État à l’Emploi chargé de mettre en place toutes les mesures favorisant la création d’emplois, principalement par des politiques de développement de la main-d’oeuvre et d’employabilité. Le premier ministre a confié aux ministres d’État de l’Emploi et à celui de l’Éducation le mandat d’assurer une coordination accrue de leurs interventions en matière de formation de la main-d’oeuvre.

Le premier ministre a également bien marqué la priorité accordée par son gouvernement à l’éducation et à la culture. M. Bouchard estime que « la réalité et l’identité québécoise nous imposent un effort constant en éducation et en culture. La qualité de vie québécoise des prochaines décennies dépend entièrement des choix que nous ferons en éducation à compter de cette année. »

Qu’il s’agisse de la formation professionnelle, de la langue française, de la compréhension de notre histoire, de l’apprentissage de l’effort, de la rigueur et de la créativité, « tout passe par l’éducation, dit-il. S’il est vrai que le peuple québécois existe, il est vrai aussi que ce peuple a une âme. Elle doit être nourrie, métissée, enrichie, contestée, bousculée, réinventée. Et cela ne peut se faire que par la culture et l’éducation. »

Afin de permettre à chaque région du Québec d’entretenir un lien direct avec le premier ministre et le Conseil des ministres, M. Bouchard a désigné un ministre et un secrétaire par région. Le premier ministre présidera lui-même le nouveau Comité ministériel des affaires régionales et territoriales.

Marquant toute l’importance qu’il accorde au développement de la région de Montréal, le premier ministre a nommé un ministre d’État à la métropole chargé de présider une nouvelle Commission de développement de la région métropolitaine.

Estimant que le Québec a la responsabilité d’assurer à tous ses citoyens la protection de leurs droits fondamentaux et de veiller à la qualité des rapports entre le citoyen et l’État québécois, M. Bouchard a nommé un ministre délégué aux Relations avec les citoyens. Celui-ci s’occupera notamment des droits de la personne, de la protection des consommateurs et de l’accueil des nouveaux citoyens.

M. Bouchard a de plus pris la décision d’abolir le ministère de la Sécurité du revenu pour favoriser une nouvelle approche en vertu de laquelle les personnes inaptes au travail passeront sous la responsabilité du ministère de la Santé et des Services sociaux, alors que les prestataires de l’aide sociale aptes au travail auront le ministère de l’Emploi pour interlocuteur.

Le nouveau Conseil des ministres compte 22 membres dont onze nouveaux ministres, incluant le premier ministre :

Monsieur Bernard Landry, député de Verchères, est nommé ministre d'État de l'Économie et des Finances. M. Landry continuera d'occuper le poste de vice-premier ministre.

Madame Pauline Marois, députée de Taillon, est nommée ministre de l'Éducation.

Madame Louise Harel, députée d'Hochelaga-Maisonneuve, est nommée ministre d'État de l'Emploi et de la Solidarité. Elle sera également ministre responsable de la Condition féminine.

Monsieur Guy Chevrette, député de Joliette, est nommé ministre d'État des Ressources naturelles et ministre responsable du Développement des régions. Il devient ministre responsable des Affaires autochtones et demeure ministre responsable de la Réforme électorale et parlementaire.

Madame Louise Beaudoin, députée de Chambly, est nommée ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Charte de la langue française.

Monsieur Paul Bégin, député de Louis-Hébert, est nommé ministre de la Justice.

Monsieur Pierre Bélanger, député d'Anjou, est nommé ministre délégué à la Réforme électorale et parlementaire. Il agira également à titre de leader parlementaire du gouvernement.

Monsieur Roger Bertrand, député de Portneuf, est nommé ministre délégué au Revenu.

Monsieur André Boisclair, député de Gouin, est nommé ministre délégué aux Relations avec les citoyens.

Monsieur Jacques Brassard, député de Lac-Saint-Jean, est nommé ministre des Transports. Il agira également à titre de ministre responsable des Affaires intergourvernementales canadiennes.

Madame Denise Carrier-Perreault, députée de Chutes-de-la-Chaudière, est nommée ministre déléguée aux Mines, aux Terres et aux Forêts.

Monsieur David Cliche, député de Vimont, est nommé ministre de l'Environnement et de la Faune.

Madame Rita Dionne-Marsolais, députée de Rosemont, est nommée ministre déléguée à l'Industrie et au Commerce.

Monsieur Guy Julien, député de Trois-Rivières, est nommé ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation.

Monsieur Jacques Léonard, député de Labelle, est nommé ministre délégué à l'Administration et à la Fonction publique et président du Conseil du Trésor.

Monsieur Serge Ménard, député de Laval-des-Rapides, est nommé ministre d'État à la métropole.

Monsieur Robert Perreault, député de Mercier, est nommé ministre de la Sécurité publique.

Monsieur Matthias Rioux, député de Matane, est nommé ministre du Travail.

Monsieur Jean Rochon, député de Charlesbourg, est nommé ministre de la Santé et des Services sociaux.

Monsieur Sylvain Simard, député de Richelieu, est nommé ministre des Relations internationales et ministre responsable de la Francophonie.

Monsieur Rémy Trudel, député de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, est nommé ministre des Affaires municipales.


- 30 -


Mise en ligne : 29 janvier 1996


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017