Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

La dernière session parlementaire a permis de mettre en place les conditions pour relancer l’emploi et protéger notre filet social, estime le premier ministre

Québec, le lundi 16 décembre 1996 - Le premier ministre du Québec, M. Lucien Bouchard, a tracé ce midi le bilan de la session parlementaire qui s’achève en la qualifiant « d’exceptionnelle pour ce qui est du travail accompli en vue de mettre en place les conditions nécessaires pour relancer l’emploi et protéger notre filet social. L’action gouvernementale a notamment été marquée par un effort sans précédent de concertation avec nos partenaires socioéconomiques en faveur de la relance de l’économie et de la création d’emplois », a insisté le premier ministre.

M. Bouchard a expliqué que depuis le début de la session, le 15 octobre, l’action gouvernementale s’est articulée autour de trois grands axes :

  • un effort sans précédent de concertation avec nos partenaires socioéconomiques en faveur de la relance de l’économie et de la création d’emplois;

  • la priorité accordée à la remise en ordre des finances publiques pour rétablir la santé financière de l’État québécois et;

  • l’adoption de mesures importantes sur le plan de l’équité et la préparation de grandes réformes dans le domaine social.

La relance de l’économie et de l’emploi

La tenue du Sommet sur l’économie et l’emploi constitue l’événement majeur de l’automne. Précédé d’un travail intensif de partenaires de tous les milieux en vue de l’élaboration de projets créateurs d’emplois, le premier ministre estime que le Sommet doit être qualifié de « succès sur toute la ligne ». Il a donné lieu à la réalisation de nombreux consensus et au lancement de plusieurs initiatives majeures sur le plan économique, a-t-il rappelé. Plus de 80 projets ont été annoncés au Sommet et ils vont générer des investissements totaux de 2,6 milliards $ en plus de permettre la création de près de 40 000 emplois. Nous avons également décidé d’autres mesures concrètes pour la création d’emplois, dont la réduction des taxes sur la masse salariale et la réduction graduelle de la semaine de travail de 44 à 40 heures, a poursuivi M. Bouchard.

Le Sommet sur l’économie et l’emploi a également permis :

  • la mise en place d’un régime d’apprentissage et une hausse de 4 000 à 6 000 du nombre de stagiaires en entreprise en 3 ans;

  • une entente sur la réduction de la réglementation;

  • la signature de la Déclaration sur l’emploi;

  • la reconnaissance de l’économie sociale;

  • que le gouvernement s’engage à rattraper le taux de création d’emplois au Canada d’ici 3 ans.

Le Sommet a connu des suites immédiates et concrètes. Notamment :

  • quatre projets de loi déposés : pour permettre la création de coopératives de solidarité, pour moderniser la Loi sur les décrets tenant lieu de convention collective, pour déjudiciariser le régime de santé et de sécurité au travail, pour prolonger le congé parental (de 34 à 52 semaines) et ajouter une semaine supplémentaire de vacances;

  • la création, par déclaration ministérielle, d’un fonds dédié de 250 millions $ sur 3 ans pour favoriser la réinsertion au travail;

  • l’annonce, ce matin, d’une réduction de taxes sur la masse salariale pour la création de nouveaux emplois à temps plein;

  • la création du Comité chargé du suivi du Sommet sur l’économie et l’emploi et la mise en place du Centre de coordination des projets économiques.

Le premier ministre a également souligné la progression positive de plusieurs indicateurs économiques. En plus des 11 000 emplois que le Québec compte de plus que l’an dernier, M. Bouchard a souligné la hausse des investissements étrangers qui atteignent 2,5 milliards $ en 1996, soit cinq fois plus qu’en 1994, la hausse des livraisons manufacturières au troisième trimestre (2,3 %, le plus haut niveau jamais atteint), la hausse de 1,5 % des ventes au détail au troisième trimestre (le plus haut niveau jamais atteint) et la hausse de 4,2 % des exportations. Le premier ministre a rappelé la diminution de plus de 5 % des taux d’intérêt au cours de 18 derniers mois et que tous les analystes prévoient une accélération de la croissance économique et de la création d’emplois au Québec en 1997.

Assainissement des finances publiques : le gouvernement maintient le cap

Le gouvernement maintient ses objectifs budgétaires pour 1996-1997. L’objectif de déficit zéro en l’an 2000 est maintenu. La loi sur l’élimination du déficit sera d’ailleurs bientôt adoptée.

Pour atteindre ses objectifs, le gouvernement s’est engagé dans une négociation intensive avec les syndicats du secteur public et parapublic afin de réduire les coûts de main-d’œuvre. La proposition, qui a fait l’objet d’un accord de principe de la majorité des groupes concernés, permettra de réaliser une économie récurrente annuelle de 800 millions $ grâce au départ volontaire de 15 000 employés. Le gouvernement demande aussi un effort de solidarité à tous les groupes de la société. Toutes les décisions budgétaires seront prises dans un souci d’équité.

Le premier ministre a également rappelé que « pour améliorer la rentabilité financière d’Hydro-Québec, nous avons favorisé la réorganisation de l’entreprise. De plus, nous avons intensifié la lutte contre l’évasion fiscale et le travail au noir dans plusieurs secteurs économiques. »

De nombreux gestes en faveur du progrès social et de la solidarité Parmi les mesures en faveur du progrès social adoptées par son gouvernement, M. Bouchard a notamment souligné :

  • la loi sur l’équité salariale, « l’une des plus avant-gardistes au monde »;

  • les modifications prochaines au Code civil qui permettront d’établir un modèle de fixation des pensions alimentaires pour assurer le mieux-être des enfants;

  • l’implantation d’un régime général d’assurance-médicaments;

  • l’engagement en faveur de l’appauvrissement zéro pour les personnes qui ne peuvent réintégrer le marché du travail en raison de contraintes sévères;

  • la mise en place d’une véritable politique familiale;

  • la réforme du régime de la sécurité du revenu, axée sur l’insertion en emploi et l’incitation au travail.

« Bref, dans les domaines de la relance de l’économie et de l’emploi, de l’assainissement des finances publiques et de la solidarité sociale, a expliqué le premier ministre, le gouvernement a annoncé ses couleurs : des réformes importantes seront mises en oeuvre pour le mieux-être des enfants, des jeunes, des familles, des personnes démunies. »

Un gouvernement qui a à coeur les intérêts du Québec

« Le gouvernement du Parti Québécois est un gouvernement qui a d’abord et avant tout pris l’engagement de mettre les intérêts du Québec au-dessus de tout. Dans ce sens, a expliqué M. Bouchard, nous avons convenu, avec nos partenaires, lors du Sommet de l’automne, d’un consensus en faveur d’une juste compensation pour les frais reliés à l’harmonisation de la TPS et la TVQ, soit deux milliards de dollars que devrait nous verser le gouvernement fédéral, selon nos estimations. Nous poursuivons toujours des négociations avec le gouvernement fédéral en vue de rapatrier les mesures actives de formation de la main-d’oeuvre et nous réclamons la partie de la caisse d’assurance-chômage liée au congé de maternité qui nous revient, en vue d’établir un régime bonifié d’assurance parentale », a poursuivi le premier ministre.

Finalement, M. Lucien Bouchard a rappelé d’autres réalisations importantes de son gouvernement, notamment l’adoption de la réforme de notre justice administrative, le dévoilement d’une politique énergétique et la création d’une Régie de l’énergie, le dépôt du projet de loi sur la Commission de développement de la Métropole, la mise en place de programmes d’indemnisation des victimes des inondations de juillet, la conclusion d’un accord avec l’Ontario sur la mobilité dans l’industrie de la construction et l’adoption d’un plan d’action visant à renforcer l’usage du français dans l’administration publique.


- 30 -


Mise en ligne : 16 décembre 1996


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017