Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Allocution du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, à propos de Bombardier

La version prononcée fait foi.

Hier, c’est le Québec qui a été frappé : au cœur de notre économie; au cœur de notre industrie aéronautique, de notre génie, de notre innovation.

Ce sont nos travailleurs, ingénieurs, techniciens en aéronautique et leurs familles qui sont visés, et aussi le Canada, le Royaume-Uni, les travailleurs et l’industrie américaine.

Frappé de façon injuste, arrogante. Frappé parce que nous fabriquons ici, au Québec, le meilleur avion au monde dans sa catégorie. Rien à voir avec des soi-disant subventions. Il n’y a eu aucune subvention

Non, cela n’a rien à voir!

Nous sommes frappés, juste parce qu’un géant, lui-même créé, nourri par des décennies de soutien gouvernemental, a décidé d’éliminer un concurrent qui fait de meilleurs produits.

C’est aussi simple que cela.

Un concurrent qui, de plus, ne compétitionne avec aucun de ses produits : grand paradoxe qui confirme la mauvaise foi.

La CSeries entraînera des retombées de 30 milliards et soutiendra plus de 22 000 emplois aux É.-U. [États-Unis].

Comme pour le bois d’œuvre, l’ALENA, les travailleurs et l’économie américaine souffriront de ces attitudes protectionnistes.

Le Québec est attaqué. Le Québec va résister. Le Québec va se rassembler.

On va, tous ensemble, défendre nos travailleurs. On va, tous ensemble, être fiers de notre génie.

On va continuer d’assembler cet avion remarquable.
On va continuer à en vendre partout sur la planète.
Nous travaillerons avec de véritables partenaires.

Boeing a peut-être gagné une bataille, mais la guerre est loin d’être finie, croyez-moi!

Je demande au gouvernement fédéral, au PM [premier ministre] Trudeau, de maintenir la ligne dure; très dure!

Pas un boulon, pas une pièce, bien sûr, pas un avion venant de Boeing ne doit entrer au Canada tant que ce conflit n’est pas réglé de façon juste.
Pas un boulon, pas une pièce, pas un avion!

Et je lance aussi cet appel aux compagnies aériennes canadiennes : Vous devez agir pour maintenir la concurrence parmi vos fournisseurs.

Au reste du Canada, je dis : « Ne vous méprenez pas. Ce n’est pas un enjeu québécois; c’est un enjeu canadien. »

BBD [Bombardier] est la plus grande compagnie industrielle de notre pays.

La CSeries est le plus important projet d’innovation au Canada.

Il est temps d’être solidaire d’un océan à l’autre.

Sur un enjeu de cette importance, il faut être uni à l’A.N.

Pour notre part, nous continuons le travail, bien sûr, en défendant notre position auprès du D.O.C.

Pour mener cette défense, nous serons plus forts, plus efficaces si nous sommes unis.

Aussi en continuant à développer, à promouvoir, à vendre cet appareil extraordinaire, cette grande fierté pour les Québécois, avec des partenaires qui, eux, seront de bonne foi.

Croyez-moi, cette histoire est loin d’être terminée.

On a traversé bien des tempêtes; on va traverser ça ensemble.


Mise en ligne : 27 septembre 2017


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017