Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Québec, le 5 novembre 2014 Allocution du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, à l’occasion de la présentation de la nouvelle gouvernance régionale et de la signature du pacte fiscal transitoire concernant les transferts financiers aux municipalités pour 2015

La version prononcée fait foi.

Monsieur Pierre Moreau, ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire;

Monsieur Carlos Leitão, ministre des Finances;

Monsieur Jean-Denis Girard, ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises; à l’Allègement réglementaire et au Développement économique régional;

Monsieur Richard Lehoux, président de la Fédération québécoise des municipalités,

Madame Suzanne Roy, présidente de l’Union des municipalités du Québec;

Monsieur Denis Coderre, maire de la Ville de Montréal;

Monsieur Régis Labeaume, maire de la Ville de Québec;

Représentantes et représentants des médias,

Mesdames et Messieurs,

Aujourd’hui, nous avons deux importantes annonces à vous communiquer.

La première concerne une entente sur une nouvelle gouvernance municipale qui permettra une décentralisation progressive des pouvoirs vers les municipalités.

La seconde, sur un pacte fiscal qui sera transitoire seulement pour l’année 2015, et qui nous mènera vers une nouvelle entente sur plusieurs années.

***

Depuis plus de 2 ans, je parcours les régions du Québec. 

Dans chaque ville et village, je rencontre des élus municipaux dévoués et passionnés.

Ce que j’ai proposé aux élus municipaux, c’est de changer la relation entre le gouvernement du Québec et les municipalités afin que celles-ci soient réellement considérées, en théorie et en pratique, comme des gouvernements de proximité.

Ce discours, je l’ai tenu à titre de candidat à la direction de mon parti, comme chef de l’opposition officielle, et depuis que j’occupe la fonction de premier ministre du Québec.

Ce que nous proposons, c’est un moyen  de réduire les structures gouvernementales pour concentrer tous nos efforts dans les services offerts à la population et la concertation des milieux.

Le milieu municipal aura les moyens de définir lui-même ses priorités de développement économique.

Dans quelques instants, le ministre Moreau aura l’occasion de vous présenter la nouvelle gouvernance régionale de proximité que nous mettrons en place en collaboration avec l’Union des municipalités du Québec et la Fédération québécoise des municipalités, notre métropole et notre capitale nationale.

***

Quant au pacte fiscal transitoire, et j’insiste sur le mot transitoire, car cette entente s’étale seulement du 1er janvier au 31 décembre 2015, elle est rendue incontournable pour les raisons que vous connaissez tous. L’état des finances publiques.

Tous conviennent aujourd’hui que depuis avril dernier, si rien n’était fait dès maintenant pour redresser nos finances publiques, le Québec se dirigeait vers un déficit de 5,8 milliards de dollars l’an prochain et de 7,2 milliards de dollars l’année suivante.

Avec un  service de la dette à plus de 10 milliards de dollars par année.

Ça, c’est plus d’argent que nous investissons pour nos enfants dans nos écoles primaires et secondaires.

Il faut donc retrouver la marge de manœuvre qui nous permettra d’investir dans les secteurs qui nous tiennent tous à cœur.

Pour y arriver, agir n’est donc pas un choix, mais une obligation.

La population québécoise sait qu’on ne peut plus vivre sur la carte de crédit ou dans le rouge de manière chronique.

***

Dans le cadre de cette nouvelle entente, les transferts financiers qui seront versés aux municipalités en 2015 s’élèvent à plus de 3 milliards de dollars, ce qui demeure une somme considérable dans le contexte budgétaire que nous connaissons.

Par ailleurs, nous maintenons également  le financement québécois prévu pour les infrastructures et les transports collectifs. Je vous rappelle que nous avions annoncé, en juin dernier, une contribution de 2,5 milliards de dollars du gouvernement du Québec, jumelée à celle de 5 milliards de dollars du gouvernement fédéral dans le cadre de l’entente touchant le Fonds de la taxe sur l’essence 2014-2024.

Aussi, en 2015, notre gouvernement augmentera de 50 millions de dollars le Programme d’aide à la voirie locale, ce qui permettra de prioriser le maintien des actifs et permettra aussi des interventions sur les routes locales.

Je le redis : cette entente illustre notre volonté de revoir en profondeur la relation entre Québec et le milieu municipal. Et à mes yeux, cette révision passe par une actualisation de nos façons de faire afin de mieux les adapter aux besoins de la population.

Notre gouvernement a choisi de faire confiance aux élus municipaux. Il remplit en cela l’engagement qu’il a pris envers eux. Dans le contexte que nous connaissons aujourd’hui, je salue le courage des élus municipaux. En mon nom ainsi qu’en celui des Québécois, je souligne leur courage et surtout leur vision. 

Nous sommes dans une période où nous devons faire des choix difficiles, mais nécessaires. Les élus municipaux font leur part, tout comme l’ont fait les médecins, le réseau de la santé ou les agriculteurs, par exemple. Tout le monde devra faire sa part. Le Québec que nous laisserons à nos enfants en dépend. 

Ensemble, nous continuons notre marche vers une nouvelle gouvernance régionale de proximité, une gouvernance fondée sur le respect, l’imputabilité et la reconnaissance des élus.

Merci.

 


Mise en ligne : 5 novembre 2014


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017