Gouvernement du Québec

Premier

Restore text sizeIncrease text size

Montréal, le 6 décembre 2014 Allocution du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, à l’occasion de la vigile Se souvenir pour elles, commémorant le 25e anniversaire de la tragédie survenue à l’école polytechnique de Montréal

The spoken version takes precedence.

Je veux tout d’abord saluer les familles et les proches des victimes,
Les survivants présents avec nous aujourd’hui,
Celles et ceux qui étaient présents à Polytechnique au moment des événements,

M. le maire de Montréal,
Collègues de l’Assemblée nationale,
Mesdames, messieurs,

Le 6 décembre 1989, le temps s’est arrêté.

Cette journée, elle est gravée dans notre mémoire collective.

Chacun d’entre nous se souvient de ce qui s’est passé, de la façon dont nous l’avons appris, mais surtout, de la peine que nous avons éprouvée.

Cette nouvelle, je l’ai apprise à la télévision, comme beaucoup d'autres.

Un autre moment d'innocence perdue, la réalisation que les démons de notre monde sont aussi parmi nous.

Devant de tels gestes, nos pensées se sont rapidement tournées vers les victimes, leur famille, ainsi que les survivants. Ce père policier découvrant le corps de sa fille... Comment oublier ? Il ne faut pas oublier.

14 jeunes femmes pleines de talent. 14 jeunes femmes remplies d’ambition et de rêves. 14 jeunes femmes qui nous ont quittés trop tôt.

25 ans plus tard, comme père de famille et bientôt grand-père, je ne peux m’imaginer les épreuves par lesquelles les proches ont pu passer.

Je tiens aujourd’hui à souligner le courage et la ténacité des familles qui ont vécu ce drame. À travers vous, les Québécoises et les Québécois ont grandi. Je souligne aussi le courage de cette autre femme blessée ce soir là, la mère de l'auteur de ces meurtres, qui a la force, encore aujourd'hui, d'en parler. Et de toutes ces autres qui, à la racine même de notre humanité, prononcent le mot « pardon ».

Comme le disait Nathalie Provost, blessée lors de la fusillade, « on continue de bâtir, mais on n’oublie pas ».

Aujourd’hui, les Québécoises et les Québécois sont justement unis pour une seule et même raison : ne jamais oublier.

Ne jamais oublier que la vie est fragile.

Ne jamais oublier que la violence ne règle jamais les problèmes.

Et ne jamais oublier que face à l’adversité, à l'inacceptable, nous sommes encore capables de nous sentir unis.

Ne jamais oublier, pour l’École Polytechnique, c’est également d’instaurer l’Ordre de la rose blanche; une bourse d’études pancanadienne de 30 000 dollars unique au pays, un héritage à toutes les femmes qui étudient en génie.

Comme le dit si bien, Michelle Thibaudeau-DeGuire, première femme à recevoir un diplôme de l’École Polytechnique en génie civil en 1963 et actuelle présidente du Conseil d’administration de la Corporation de l’École Polytechnique : « C’est comme si notre récipiendaire poursuivait le rêve de l’une de ces jeunes filles. »

Cette journée nous rappelle qu’il ne faut jamais céder à la peur et garder confiance et espoir en un avenir meilleur.

Qu’il faut avancer, en se souvenant des leçons du passé.

En décembre 89, elles étaient peu nombreuses dans les salles de classe de Polytechnique.

25 ans plus tard, elles représentent le tiers des étudiants de l’école et aujourd’hui, en 2014, Polytechnique possède l’un des taux de fréquentation des jeunes femmes les plus élevés1 en Amérique du Nord. Voilà la plus grande, la plus belle victoire de ces femmes dont nous célébrons aujourd'hui la mémoire.

C’est ça, la continué. C’est bâtir sans oublier.

Et dans cette foulée, nous devons poursuivre la mise en commun de nos efforts pour que la violence fasse place au respect; pour que l’intimidation fasse place à l’égalité.

Cette responsabilité, nous la partageons tous.

Beaucoup de choses ont changé depuis les 25 dernières années, mais notre attachement à cette journée du 6 décembre demeure intact.

Gardons confiance en notre capacité à traverser ensemble toutes les épreuves auxquelles, ensemble, nous sommes confrontés. Le 6 décembre, ces 14 jeunes femmes sont devenues des membres de nos familles, de notre grande famille. Continuons à honorer leur mémoire, chacun à notre façon.


Online as of: December 6, 2014


Accessibility   |   Privacy Policy   |   Copyrights

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017