Gouvernement du Québec

Premier

Restore text sizeIncrease text size

Québec, le 2 octobre 2014 Allocution du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, à l’occasion de l’ouverture du Forum sur la lutte contre l’intimidation

The spoken version takes precedence.

Madame Francine Charbonneau, ministre de la Famille, ministre responsable des Aînés et ministre responsable de la Lutte contre l’intimidation,
Madame Stéphanie Vallée, ministre de la Justice et ministre responsable de la Condition féminine,
Madame Caroline Simard, députée de Charlevoix–Côte-de-Beaupré et adjointe parlementaire pour la jeunesse, la petite enfance et la lutte contre l’intimidation,

Monsieur Mathieu Traversy, député de Terrebonne et porte-parole de l'opposition officielle en matière de famille et de lutte contre l'intimidation,

Madame Lise Lavallée, députée de Repentigny et porte-parole du deuxième groupe d'opposition pour les aînés, la famille et de lutte contre l'intimidation,

Madame Manon Massé, députée de Sainte-Marie–Saint-Jacques,

Chers partenaires,

Distingués invités,

Auditeurs du forum sur le Web,

Bonjour,

Je suis très heureux de vous accueillir aujourd’hui dans le cadre de ce forum qui nous réunit autour d’une même cause : la lutte contre l’intimidation.

D’entrée de jeu, j’aimerais remercier l’équipe du ministère de la Famille qui travaille depuis plusieurs mois à la préparation de cette importante journée.

Pourquoi un forum ? Parce qu’il est temps de se réunir, de faire le point, d’écouter, d’échanger sur les outils à notre disposition, mais surtout d’agir.  

Agir parce que dans notre société, personne ne mérite d’être humilié, diminué ou exclu.

Agir parce que ce phénomène touche nos familles, nos amis, nos collègues de travail.

Agir parce qu’en 2014, l’intimidation ne se fait plus seulement en personne, par personne interposée, par téléphone ou message texte, mais également sur Internet et par les médias sociaux.

Bref… personne n’est à l’abri.

L’intimidation se vit à tous les âges. Chez les enfants, l’intimidation a des conséquences directes sur l’estime de soi, sur la capacité d’interagir avec les autres, sur les résultats scolaires. Parfois, elle conduit même au suicide.

Imaginez si votre propre enfant était victime d’intimidation. Est-ce que vous l’accepteriez ? Jamais.

Les aînés subissent aussi des formes d’intimidation. Certains sont rabaissés par leur entourage, et d’autres subissent des abus physiques. Si c’était vos parents ou vos grands-parents, est-ce que vous l’accepteriez ? Jamais.

Si un de vos proches vivait avec un handicap physique ou intellectuel, est-ce que vous accepteriez qu’il soit intimidé ? Jamais.

Des gens sont également intimidés sur la base de leur orientation sexuelle. En 2014, peut-on vraiment encore tolérer ces comportements ? Non.

Trop de gens ignorent l’impact réel que peut avoir l’intimidation sur les victimes et leurs proches. C’est au nom de ces victimes, des parents, des amis, des frères et des sœurs, de celles et de ceux qui n’ont pas de voix pour s’exprimer que nous tenons ce forum. Pour que la dignité humaine l’emporte sur la méchanceté et la mesquinerie.

Je lisais récemment une phrase intéressante qui résume les conséquences de l’intimidation. « L'intimidation sont les blessures du cœur les plus difficiles à soigner. »

En avril dernier, j’ai pris l’engagement envers la population québécoise de tenir ce forum sur la lutte contre l’intimidation.

Dès la formation du Conseil des ministres, j’ai démontré l’importance que j’accorde à cette question en nommant, pour la toute première fois, une ministre responsable de la Lutte contre l’intimidation.

J’ai aussi donné à mon adjointe parlementaire, madame Caroline Simard, le mandat de m’appuyer en cette matière.

Pour moi, cette cause dépasse les débats partisans auxquels la population assiste souvent. C’est une cause commune qui nous réunit.

Et pour réussir, je crois que nous devons mener cette lutte ensemble, tous partis confondus.

Dans la lutte contre l’intimidation, nous sommes toutes et tous de la même équipe.

C’est la raison pour laquelle notre gouvernement travaille en collaboration avec tous les partis composant l’Assemblée nationale, et je suis heureux de les compter parmi nous aujourd’hui.  

Par ailleurs, ce n’est pas un hasard si ce forum a lieu le 2 octobre. Aujourd’hui se tient la Journée internationale de la non-violence.

À cette occasion, hier, tous les partis représentés à l’Assemblée nationale ont adopté unanimement une motion pour marquer notre engagement collectif à lutter contre l’intimidation.

Pour lutter contre l’intimidation, le Québec ne commence pas à zéro. Au cours des 40 dernières années, des avancées importantes ont été réalisées chez nous.

Dès 1975, le Québec a innové en se dotant d’une Charte des droits et libertés de la personne, qui affirme notamment le droit de chacun à la sécurité, à l’intégrité de sa personne et à la dignité sans distinction.

Au fil du temps, le gouvernement a légiféré et mis en œuvre un ensemble de mesures visant à assurer l’exercice et le respect de ces droits.

Le gouvernement est intervenu notamment pour le respect des droits des personnes handicapées, pour la lutte contre le racisme, la discrimination et l’homophobie.

Il est aussi intervenu en matière de protection de la jeunesse, de violence conjugale et familiale, de harcèlement en milieu de travail, de maltraitance envers les personnes aînées, d’égalité entre les femmes et les hommes, etc.

Plus récemment, en 2012, l’Assemblée nationale a adopté, à l’unanimité, la Loi visant à prévenir et à combattre l’intimidation et la violence à l’école.

Beaucoup d’efforts ont été déployés dans les écoles primaires et secondaires.

Les écoles se sont dotées d’un plan de lutte contre l’intimidation et la violence et des élèves se sont mobilisés, ce qui a donné lieu à des initiatives très diversifiées pour prévenir et agir.

Par exemple, des ambassadeurs de la paix témoignent auprès de leurs pairs, des brigades d’élèves dans les corridors et les cours d’école assurent une vigie, différentes productions artistiques, pièces de théâtre, vidéoclips, créés par et pour les jeunes, informent, sensibilisent et incitent à agir contre l’intimidation.

Sans compter les initiatives prises pour joindre et informer les parents, pour soutenir les intervenants et mettre à contribution les partenaires de la communauté.

Il nous faut maintenant poursuivre nos efforts et étendre les bonnes pratiques à l’ensemble de la population québécoise.

Si l’on veut prévenir et agir efficacement lors d’une situation d’intimidation, il nous faut accroître notre vigilance par rapport à ce phénomène.

Tout en considérant nos acquis, nous devons renforcer nos actions et envisager de nouvelles avenues afin de lutter contre l’intimidation dans tous les milieux de vie : à la maison, dans les milieux d’hébergement, dans les parcs, dans les sports, dans les transports, au travail.

Chacun d’entre nous doit se sentir responsable du sort de celles et ceux qui vivent ces situations.

Il faut agir collectivement et individuellement pour que notre société soit de celles qui excellent dans le civisme et dans le respect envers les autres.

Et c’est ce à quoi vous allez contribuer aujourd’hui, par les travaux de ce forum.

Je vous invite donc à poursuivre la mobilisation amorcée dans les différents milieux à l’égard de la lutte contre l’intimidation. À considérer les actions déjà en cours et à réfléchir à la façon de les porter plus loin. À identifier des pistes d’actions permettant de prévenir l’intimidation sous toutes ses formes et d’agir tant auprès des victimes, des témoins que des auteurs d’actes d’intimidation.

Par la tenue de ce forum, nous voulons favoriser un dialogue constructif qui nous mènera à des solutions durables pour enrayer un problème vécu par plusieurs.

Par obligation envers nous-mêmes et envers nos voisins, nous devons réussir. Sur cet enjeu, notre solidarité doit être sans faille. Notre détermination à toute épreuve.

Le phénomène de l’intimidation nécessite une action forte et concertée afin de créer un mouvement de mobilisation de l’ensemble de la société québécoise pour offrir à toutes les citoyennes et à tous les citoyens la possibilité de grandir et de vivre dans un milieu sain et sécuritaire.

Travaillons ensemble afin qu’au Québec toutes les personnes puissent vivre et s’épanouir dans la dignité et développer leur plein potentiel.

Merci!


Online as of: October 2, 2014


Accessibility   |   Privacy Policy   |   Copyrights

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017