Gouvernement du Québec

Premier

Restore text sizeIncrease text size

Déclaration du premier ministre du Québec à la suite des résultats du référendum tenu le 18 septembre 2014 en Écosse

The spoken version takes precedence.

Au cours des dernières heures, les Écossais ont fait un choix. Aujourd’hui, à titre de premier ministre du Québec, je ne m’immiscerai pas dans la politique interne d’un autre État. Au cours des dernières semaines, les Québécoises et les Québécois ont suivi la campagne référendaire de près, car on y a retrouvé des échos de notre passé récent. Un bref commentaire de ma part s'impose donc.

La population québécoise a toujours exprimé une identité très forte liée à sa nature distincte. Notre opinion quant à l’avenir du Québec peut être différente, mais notre fierté et notre sentiment d’appartenance sont partagés par toutes les Québécoises et tous les Québécois

Pour une majorité de Québécois, cette fierté nationale est jumelée à celle d'appartenir à un plus grand ensemble, celui de la fédération canadienne. La recherche de l'équilibre entre ces deux sentiments est au cœur de notre histoire.

L’Écosse vit également cette situation, mais dans un contexte très différent. Le Québec dispose, à l’intérieur du Canada, d’une bien plus grande liberté d’action, de compétences plus étendues et donc d’une plus grande capacité à faire ses propres choix.

Nous constatons que le peuple écossais a procédé à un exercice démocratique effectué dans le respect des institutions, des gens et des lois. La question posée était, de toute évidence, consensuelle et claire.

Tout comme les Québécois, les Écossais ont choisi de conserver leur lien avec le Royaume-Uni pour des raisons qui leur appartiennent.

Chez nous, ce choix s'est exprimé à trois reprises, lors de deux référendums et de la récente élection générale, pas uniquement, mais fortement imprégnée de l'enjeu référendaire. Les Québécoises et les Québécois ont d'autres priorités.

Pour la suite des choses, nous respectons la volonté écossaise et anglaise de donner suite au vote du 18 septembre en entreprenant des conversations sur leurs responsabilités et prérogatives respectives. Les prochaines étapes appartiennent aux peuples concernés et à eux seuls. Chez nous, nous savons que le fédéralisme constitue une réponse moderne et adaptée au besoin qu'ont les peuples de bâtir sur les fondations de leurs identités distinctes une citoyenneté basée sur le partage économique, social, culturel et politique.

À l’heure actuelle, une vaste majorité de Québécois souhaite que le gouvernement se préoccupe des véritables enjeux qui touchent leur vie quotidienne : l’emploi, la santé, l’éducation et le développement économique, partout au Québec.

Notre plan est simple : relancer l’économie et redresser les finances publiques afin de nous donner la marge de manœuvre et la liberté de choix qui nous permettront de répondre aux besoins de la population québécoise, aujourd’hui et demain. Et cela, en défendant et en assurant la promotion du caractère distinct du Québec, au Canada et dans le monde. Voilà ce qui devrait constituer la priorité de toutes les formations politiques à l’Assemblée nationale du Québec, car c’est  aussi celle des Québécoises et des Québécois.
 


Online as of: September 19, 2014


Accessibility   |   Privacy Policy   |   Copyrights

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017