Gouvernement du Québec

Premier

Restore text sizeIncrease text size

Alma, le 18 juin 2015 Allocution du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, à l’occasion de l’ouverture du Sommet économique régional du Saguenay-Lac-Saint-Jean

The spoken version takes precedence.

M. Marc Asselin, maire d’Alma,
M. Serge Simard, député de Dubuc et adjoint parlementaire pour la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean,
M. Laurent Lessard, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, 
M. Pierre Paradis, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation,
M. Geoffrey Kelley, ministre responsable des Affaires autochtones,
Mme Dominique Vien, ministre du Tourisme,
Collègues de l’Assemblée nationale,
Députés fédéraux de la région,
Maires et préfets,
Partenaires de la région,

Je suis heureux de vous retrouver pour cette importante étape de notre démarche de réflexion visant à donner un nouvel essor à l’économie de notre région.

D’entrée de jeu, je tiens à revenir sur le fait que vous avez été nombreuses et nombreux à participer à la consultation publique que nous avons organisée en prévision de la tenue de sommet. Je vous en remercie, et je remercie également tous les artisans de ce succès, notamment mon adjoint parlementaire, le député de Dubuc, Serge Simard, qui est à mes côtés aujourd’hui.

Nous avons reçu 94 mémoires, et plus de 600 personnes nous ont transmis verbalement leurs propositions à l’occasion des 16 rencontres sectorielles.
Je veux également remercier les membres du comité aviseur ainsi que l’équipe de la CAR, qui s'est particulièrement distinguée par son engagement et son efficacité au cours des dernières semaines.

Fidèle à son habitude, notre région s’est illustrée par son dynamisme, son esprit de corps et sa créativité. Cela fait en sorte que nous avons pu rassembler un nombre important de constats et de pistes de réflexion sur les trois thématiques soumises à la consultation.

Ce sont de bonnes nouvelles pour la suite des choses, d’autant plus que nous partons de bases solides. D’ailleurs, les perspectives d’emploi dans la région pour les 2 prochaines années sont excellentes. Les prévisions du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale laissent entrevoir la création de près de 25 000 emplois dans la région d’ici 2017. Mieux encore, au cours des douze derniers mois, le taux de chômage a connu un recul important, passant de 10,7 % en mai 2014 à 6,9 % en mai 2015. Tout cela est encourageant, mais l'environnement économique international et nord-américain doit nous inciter à la vigilance et à l'action.
Il faut dire aussi que d’ici 2017, 725 000 emplois devront être pourvus au Québec, entre autres par des jeunes qui ne sont pas encore sur le marché du travail. Comme partout ailleurs au Québec, les jeunes de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean aborderont bientôt un marché avide de jeunes talents, et cela, dans tous les secteurs de l’économie régionale. Mais ce talent devra s’accompagner d’une formation et de qualifications solides et bien adaptées aux besoins du marché du travail.

À cet égard, on prétend même que les difficultés de recrutement iront en s’accentuant dans la plupart des entreprises.

Il serait difficile de trouver un meilleur argument pour inciter les jeunes à persévérer jusqu’à l’acquisition d’un diplôme ou de qualifications. Nous avons tout le talent qu’il faut au Saguenay–Lac-Saint-Jean pour soutenir la prospérité régionale, mais manifestement, des efforts importants devront être consentis pour arrimer les aspirations des jeunes aux besoins du marché du travail.

Par ailleurs, nous pouvons compter sur une structure économique solide. Durant des décennies, la prospérité de la région reposait d'abord sur l’exploitation des forêts, de l'agriculture, du tourisme, et de l’aluminium. La présence des collèges et de notre université régionale est aussi un atout de taille. Aujourd’hui, certains créneaux d’excellence se sont ajoutés, comme l’écotourisme, le tourisme d’aventure et la mise en valeur des produits issus du territoire boréal, comme nos célèbres bleuets et les produits forestiers non ligneux, pour ne citer que quelques exemples. Nous innovons également dans d'autres secteurs d'avenir, par exemple dans la serriculture adaptée au contexte boréal, on l'a vu plus tôt cette semaine.

On parle aussi d’investissements records dans le domaine de la construction résidentielle, pendant que l’investissement privé en machines et équipements atteignait 455 M$ en 2014, ce qui représente une hausse de 7,4 %, par rapport à l’année précédente.

Voyons aujourd’hui comment nous pouvons, ensemble, assurer la vitalité et la croissance de ces secteurs.

Lors de la consultation, vous avez suggéré des pistes pour diversifier notre économie. Nous allons les examiner ensemble aujourd’hui. La région doit tirer profit de la conjoncture favorable créée par la relance du Plan Nord et le dévoilement prochain de la première stratégie maritime du Québec pour renforcer son économie et lui insuffler une nouvelle vigueur. À titre de ministre régional et premier ministre, j’entends bien faire en sorte que ma région bénéficie des retombées positives de ces grands projets collectifs.

Vous êtes des gens d’action et je le suis aussi. Vous connaissez la région et ses spécificités, l’impulsion doit venir d’ici. C’est pour cette raison que nous tenons ce sommet, pour créer une synergie forte au sein de la région. Au cours des derniers mois, le gouvernement du Québec a jeté les bases d’une nouvelle gouvernance locale et régionale. Désormais, les élus ont toute la latitude pour créer le modèle de concertation adapté aux besoins de la région.

Cette nouvelle façon de faire marque la fin du « mur-à-mur ». L’État n’a pas à imposer un modèle unique de gouvernance. Il doit plutôt favoriser l’émergence, dans chaque région, d’un modèle qui réponde à ses spécificités.

Le soutien gouvernemental doit servir à la réalisation de projets et non au financement de structures.

La rencontre d’aujourd’hui est destinée justement à identifier quels sont les projets que nous, de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, voulons prioriser et dans lesquels nous voulons nous investir.

Aujourd’hui, l’heure n’est pas à la partisanerie, et je suis heureux de la présence de nos collègues de l'opposition parmi nous. L’heure est au ralliement des intervenants de la région pour améliorer la qualité de vie de nos concitoyens.

Nous nous assurerons également d’un suivi très serré des discussions lors de ce Sommet, parce que nous partageons tous un objectif commun : celui d’améliorer le tissu économique régional.

Travaillons ensemble pour la prospérité de notre région.

Si vous le voulez bien, reprenons nos échanges.

Bon Sommet à toutes et à tous.


Online as of: June 18, 2015


Accessibility   |   Privacy Policy   |   Copyrights

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017