Gouvernement du Québec

Premier

Restore text sizeIncrease text size

Québec, le 13 janvier 2015 Allocution du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, à l’occasion de l’annonce d’une entente commerciale entre le gouvernement du Québec et la Caisse de dépôt et placement du Québec

The spoken version takes precedence.

Monsieur Carlos Leitão, ministre des Finances,

Monsieur Michael Sabia, président et chef de la direction de la Caisse de dépôt et placement du Québec,

Monsieur Denis Coderre, maire de Montréal,

Messieurs Coiteux et Moreau,

Mesdames, Messieurs,

Depuis la Révolution tranquille, le Québec a investi d’importantes sommes pour développer ses  infrastructures dans toutes les régions du Québec.
Ces investissements ont permis de créer des emplois, de stimuler l’économie, de rendre accessibles de nouveaux territoires, mais surtout d’améliorer la qualité de vie de la population québécoise.

Plusieurs gouvernements se sont succédé au Québec depuis les années 60. Malheureusement, investir dans le maintien de nos infrastructures n’était pas pour tous une préoccupation.

Aujourd’hui, le Québec doit concilier 3 défis :

  • Le premier, c’est celui de poursuivre le développement d’infrastructures modernes qui répondent aux besoins des Québécois;
  • Le deuxième, c’est de poursuivre les travaux de maintien de celles-ci afin qu’elles demeurent sécuritaires;
  • Et le troisième, c’est de s’assurer que le financement nécessaire à la réalisation de tous ces travaux sera disponible.

Afin de répondre aux besoins de la population québécoise, nous devons moderniser nos façons de faire et trouver des solutions innovantes pour accélérer le développement économique du Québec.

C’est pourquoi j’annonce la conclusion d’une entente commerciale entre le gouvernement du Québec et la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Cette entente commerciale permettra au gouvernement du Québec de rendre possibles le développement et la modernisation d’un plus grand nombre de nos infrastructures publiques, tout en faisant fructifier le bas de laine des Québécois.

En vertu de cette entente, le gouvernement pourra, lorsqu’il le jugera nécessaire, proposer que certains projets d’infrastructures, qu’il aura préalablement priorisés, soient réalisés par la Caisse. Bien sûr, la Caisse devra procéder à l’évaluation de ceux-ci et décider ou non de les réaliser. Si elle accepte de le faire, elle devra déposer des propositions.

Et c’est au gouvernement que reviendra la décision de choisir le scénario qui répond le mieux aux besoins et objectifs liés à l’intérêt public.

À titre de maître d’œuvre des projets qui seront réalisés selon ce modèle d’affaires, la Caisse aura donc la responsabilité de réaliser, de gérer, d’exploiter et de financer en totalité ou majoritairement les infrastructures publiques qui lui seront confiées.

Le gouvernement continuera, en collaboration avec ses partenaires municipaux et les autres organisations, de planifier et de définir, comme il l’a toujours fait, les besoins en infrastructures publiques dans toutes les régions du Québec. Ensemble, nous partageons le même objectif, soit celui de répondre adéquatement aux besoins de la population.

Cette entente commerciale offre une occasion unique d’accélérer la réalisation d’importants projets. Grâce à ce modèle d’affaires, le gouvernement pourra dégager des sommes importantes et réaliser d’autres projets d’infrastructures, qui autrement auraient été reportés dans le temps.

Voilà une excellente nouvelle pour toutes les communautés du Québec.

La Caisse de dépôt et placement du Québec a développé une expertise impressionnante dans plusieurs secteurs, dont celui des infrastructures. M. Michael Sabia vous en parlera dans quelques instants.

Grâce à cette entente, et sous réserve de l’adoption d’un projet de loi déposé à l’Assemblée nationale modifiant certaines dispositions actuelles, je vous informe de  notre intention de confier à la Caisse la réalisation de deux projets majeurs pour la région de Montréal, des projets prioritaires pour mon gouvernement, qui totalisent près de 5 milliards de dollars d’investissements :

  • Un système de transport collectif sur le nouveau pont Champlain;
  • Un système de transport collectif pour l’ouest de l’île de Montréal.

Le premier projet concerne le nouveau pont Champlain, lequel, rappelons-le, doit être livré en 2018. Vous savez, on compte actuellement près de 450 autobus à l’heure pour 22 000 déplacements; et on prévoit que ce chiffre doublera d’ici 2031. Il devient nécessaire de penser autrement et de développer durablement cet axe important de transit.

De plus, la voie actuellement réservée pour le transport collectif en autobus constitue un service temporaire, instauré en 1978, mais jamais révisé par la suite. Je dis qu’il est grand temps de donner aux utilisateurs du transport en commun des infrastructures modernes, de qualité et efficaces.

Par ailleurs, on compte plus de 475 000 déplacements entre l’ouest de la ville et son centre chaque matin. On prévoit une augmentation de l’ordre de 20 % d’ici 2031, ce qui pourrait compromettre sérieusement l’efficacité et la sécurité du réseau routier si aucun correctif n’est apporté.

C’est pourquoi le gouvernement du Québec prévoit également l’implantation d’un système de transport collectif du centre-ville vers l’Ouest-de-l’Île de Montréal.

Et bien sûr, la communauté métropolitaine de Montréal sera impliquée dans l’élaboration des projets.

Pour doter le Québec d’infrastructures modernes qui amélioreront notre compétitivité, mon gouvernement entend poursuivre les investissements dans nos infrastructures publiques dans toutes nos régions.

Nous voulons non seulement les sécuriser et les moderniser, mais également en développer de nouvelles.

L’entente commerciale annoncée aujourd’hui nous offre une occasion unique d’accélérer certains leviers de notre croissance économique tout en préservant notre rôle de planification et du choix des projets à réaliser, notamment au moment de déterminer les projets soumis à l’entente, d’approuver leur définition, et de donner le feu vert à leur réalisation.

Et cela, je tiens à le rappeler, sans que le gouvernement prenne à charge les risques inhérents au développement et à l’exploitation d’un projet, ainsi qu’à son financement.

C’est donc une entente gagnante pour le gouvernement du Québec, pour la Caisse, mais surtout pour la population québécoise.

Je vous remercie.


Online as of: January 13, 2015


Accessibility   |   Privacy Policy   |   Copyrights

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017